Mali: une double attaque vise la présence internationale à Gao

Un Casque bleu dans le village de Fafa, région de Gao, le 16 octobre, au cours de l'Opération Piana.
© RFI/David Baché

Au Mali, une double attaque a visé cette nuit la présence internationale dans le nord du pays, à Gao. C'est notamment la Minusma qui était la cible de cette action. Au moins un casque bleu, de nationalité chinoise, a perdu la vie, ainsi qu'un expatrié et deux Maliens. Une attaque au camion piégé apparemment et qui a été revendiquée par la mouvance al-Qaïda au Maghreb islamique.

Les témoins ont assisté à une double attaque contre la Mission de l'ONU et ses partenaires à Gao. Dans un premier temps, c'est le camp, le quartier général de la Minusma dans la principale ville du Nord qui a été visé. Et comme si l'action était parfaitement coordonnée, pendant l'attaque, une bonne partie de la ville était subitement plongée dans le noir privée d’électricité. Les assaillants ont infiltré une partie de la ville par petits groupes. Ils avaient probablement pu faire un repérage.

Les armes lourdes utilisées par les assaillants ont tué un casque bleu. Trois autres soldats onusiens ont été grièvement blessés, et au moins 12 travailleurs civils de la Minusma ont été légèrement blessés. On compte également des dégâts matériels, dont la destruction de logement de la même mission de l'ONU sur place.

Au moins 4 morts

Dès la fin de la première attaque, la seconde attaque a visé, toujours à Gao, le siège d'un partenaire de l’ONU, le service de lutte antimines. Deux agents de sécurité maliens et un étranger,un Français, ont été tués. Les cibles visées prouvent que les assaillants connaissaient le terrain.

Dans la nuit de mardi à mercredi, un avion de l’ONU a été aperçu dans le ciel de la ville, et les mesures de sécurité ont été renforcées. La double attaque a été revendiquée par al-Qaïda au Maghreb islamique. C'est la première attaque d'envergure à Gao revendiquée par Aqmi depuis près d'un an. Les observateurs notent la rapidité de cette revendication, un peu comme ci Aqmi retrouvait ses marques à Gao peut être le signe que la mouvance regagne du terrain.