Republier
Angola

Angola: incertitudes autour de la succession de Nzita Tiago au sein du Flec-Fac

Nzita Henriques Tiago, leader historique du Flec-Fac est décédé le 3 juin 2016.
© africanaute.com

Alors que le corps du leader historique du Flec-Fac (Front de libération de l'enclave de Cabinda-Forces armées du Cabinda) doit être mis en terre ce vendredi 10 juin à Paris, la bataille de succession semble déjà être engagée au sein du mouvement indépendantiste qui avait annoncé la reprise de la lutte armée en février dernier.

Trois jours après le décès du leader historique du FLEC Nzita Tiago, c’est le commandant Alexandre Tati, chef militaire du mouvement au Cabinda, qui déclare prendre sa direction.

En réaction, un communiqué paraît dès le lendemain, signé d’un certain comandant « Sem medo » (« sans peur », en portugais) présenté comme le chef opérationnel du FLEC. Ce communiqué annonce que le fils du défunt, Emmanuel Nzita, est désormais président de l’organisation. Une information confirmée par porte-parole du FLEC, qui n’est autre que le fils d’Emmanuel Nzita, le nouveau président.

Mais, selon le commandant Tati, « personne sur le terrain n’est au courant d’une telle nomination », il parle d’une « initiative individuelle », voire de « désinformation ». Chaque camp affirme « appliquer » les dernières volontés du défunt. Le seul point sur lequel ils s’accordent est une proposition au gouvernement angolais : une trêve de trois mois. Le temps peut-être d’accorder leurs violons.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.