Niger: situation toujours précaire à Bosso après l'attaque de Boko Haram

La ville de Bosso, dans le sud du Niger.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Au Niger, la situation des populations qui ont fui après l'attaque de Boko Haram du 3 juin reste précaire. Selon le HCR, 50 000 personnes se sont déplacées depuis cette attaque sur la ville de Bosso, dans le sud du pays. Ces populations manquent de tout et ces déplacements aggravent une situation déjà difficile. Les équipes humanitaires, dont celle de l'Unicef, sont sur place depuis le début de la semaine pour leur venir en aide. Représentante de l'Unicef au Niger, Viviane Van Steirteghem s'est rendue le 10 juin à 50 kilomètres de Diffa, en direction des trois sites les plus éloignés de la ville où se sont regroupés ceux qui ont fui Bosso, Yébi et Toumour.

L'énorme problème que nous avons pour le moment, c'est l'approvisionnement en eau.

Viviane Van Steirteghem
11-06-2016 - Par Laetitia Bezain

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.