Extrême-nord du Cameroun: de nombreux déplacés veulent rentrer chez eux

Vue du camp de réfugiés de Miwanao, au nord du Cameroun.
© RFI/OR

La situation est toujours complexe dans l'extrême-nord du Cameroun où se trouvent 500 000 personnes qui ont fui les violences causées par Boko Haram. A l'approche de la saison des pluies, les organismes humanitaires redoublent d'effort pour assurer le minimum : l'accès à des abris décent, la fourniture en vivre et surtout la sensibilisation sur les règles d'hygiène. D'après le HCR, il y a moins d'afflux de population, mais sur place, les populations déplacées souhaitent retourner chez elles. La semaine dernière, la Commission du bassin du lac Tchad a tenu une réunion de trois jours à Abuja, au Nigeria, afin d'harmoniser les législations en matière de libre circulation des démarches indispensables afin de favoriser le retour des populations déplacées.

Clairement, ces populations ont la volonté de rentrer.

Khassim Diagne
13-06-2016 - Par Bineta Diagne

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.