Republier
Mali

Mali: premier pas dans l’application de l’accord d’Alger

Des rebelles du MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad), ici photographiés à Kidal dans le nord du Mali
© AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Sur le papier, le processus de paix est relancé au Mali. Des autorités intermédiaires seront bientôt mises en place au sein des collectivités locales des cinq régions du Nord. C'est sous ces autorités intermédiaires, en attendant des élections générales, que l'accord d'Alger doit s'appliquer. Un premier pas, mais il reste beaucoup à faire.

Durant ce temps transitoire, toutes les dispositions prévues dans l’accord seront appliquées: le retour des réfugiés, la sécurité, la disposition relative au règlement des lois et voies constitutionnelles doivent être mis en place. Et donc les autorités viennent de remplir maintenant ce vide qui existait depuis 2012. C’est un pas, mais l’application reste encore un autre pas, parce qu’il ne s’agit pas seulement de trouver un texte consensuel, mais il s’agit aussi de pouvoir l’appliquer sur le terrain. L’application pratique est beaucoup plus difficile que la conception du document.
Sidi Brahim Ould Sidat
16-06-2016 - Par Jean-Jacques Louarn

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.