Migrant extradé en Italie: un témoignage accrédite la thèse de l’erreur judiciaire

Les policiers italiens sont accompagnés d'un homme identifié par eux comme un trafiquant, mais qui ne serait qu'un migrant, Palerme, 8 juin 2016.
© Italian Police Department/Handout via REUTERS

En Italie, le jeune Erythréen accusé d'être le chef de l'un des principaux réseaux de trafiquants de migrants en Méditerranée est maintenu en détention à la demande du parquet du Palerme. Au moment de son arrestation au Soudan, début juin, les autorités l'avaient présenté comme étant Medhanie Merid, responsable de plusieurs naufrages meurtriers. Problème : le jeune homme, qui porte le même prénom que l'homme recherché, clame son innocence, une innocence clamée aussi par de nombreux amis et des membres de sa famille. RFI vous propose un témoignage exclusif qui vient renforcer l'idée que le jeune homme est victime d'une erreur judiciaire : celui d'Ambesager Yemane, réfugié érythréen vivant désormais en Suède, et qui a rencontré le « vrai » Medhanie Merid, puisqu'il est passé par son réseau pour rejoindre l'Europe. Il se dit prêt aussi à témoigner devant la justice.

Dès que nous avons passé la frontière entre le Soudan et la Libye, c'est Medhanie Merid qui nous a expliqué comment nous allions traverser la Méditerranée. Notre passeur au Soudan nous avait envoyés vers lui et c'est lui qui nous a accueillis en Libye. Après ses explications, il nous a même commandé de la nourriture.

Ambesager Yemane
17-06-2016 - Par Léonard Vincent

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.