Les shebabs confirment la mort du cerveau présumé de l'attaque de Garissa

Le leader shebab Mohamed Kuno, ou Mohamed Mohamud, désigné comme le cerveau de l'attaque de Garissa mené le 2 avril 2015.
© REUTERS/Feisal Omar/Files

Les islamistes somaliens shebabs ont confirmé la mort du cerveau présumé de l'attaque menée le 2 avril 2015 à l'université kényane de Garissa.

C'est dans un faire-part de décès diffusé samedi 18 juin que les shebabs ont confirmé la mort de Mohamed Mohamud - alias Kuno, Dulyadin ou encore Gamadhere. Sa mort avait été annoncée le 1er juin par les autorités somaliennes.

Le ministre de la Sécurité de l'Etat somalien du Jubaland (sud-ouest), Abdirashid Janan, affirmait alors que le chef shebab avait été « tué par des commandos somaliens et les forces spéciales du Jubaland » dans le sud-ouest de la Somalie, près du port de Kismayo, avec trois autres « hauts commandants » shebab.

Mohamed Mohamud, un Kényan, avait été enseignant dans une école coranique de Garissa, à 365 km au nord-est de Nairobi. Il était considéré par le Kenya comme l'organisateur du massacre à l'université de Garissa, en avril 2015. Une attaque qui avait fait 148 morts, dont 142 étudiants. 

Le Kenya avait annoncé sa mort en juillet 2015 dans une attaque de drone américain en Somalie, avant de se rétracter.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.