Epidémie de fièvre jaune déclarée en RDC

Campagne de vaccination contre la fièvre jaune. (Image d'archive)
© Claire Morin-Gibourg/RFI

La RDC est désormais en situation d’épidémie de fièvre jaune après une annonce officielle du ministre de la Santé ce lundi matin 20 juin. Trois provinces sont touchées dont Kinshasa, la capitale. Le gouvernement fait état de 67 cas confirmés, dont cinq décès. Une épidémie dont l'un des points d'origine est l'Angola, pays connait une flambée de cas depuis décembre 2015.

A l'heure actuelle, l'épidémie est confirmée dans trois provinces, mais selon le dernier bulletin de l'OMS, des cas suspects - près d'un millier avec une centaine de décès associés - ont été recensés dans pas moins de cinq provinces. Les vérifications se poursuivent dans des laboratoires étrangers.

L'Angola voisine connait une flambée de cas de fièvre jaune depuis décembre 2016. Du jamais vu depuis 30 ans. Le ministre congolais de la Santé l'a d'ailleurs souligné, vu les mouvements de population entre les deux pays, les risques étaient grands pour la RDC.

Pour faire face à cette situation d’urgence, le pays demande l’appui de l’Organisation mondiale de la santé ainsi que de tous les partenaires pour l’obtention rapide du vaccin.

Dr Félix Kabange Numbi
20-06-2016 - Par Sonia Rolley

Selon l'Organisation mondiale de la santé, le système national de surveillance prête une attention particulière aux réfugiés congolais refoulés par l'Angola. Avant même que l'épidémie ne soit déclarée officiellement, le gouvernement congolais avait commandé quelque deux millions de doses de vaccins, vaccination effectuée en priorité au Kongo Central et à Kinshasa. Pour l’OMS, lutter contre cette épidémie dans une ville comme Kinshasa est un véritable défi. Défi logistique pour toucher les plus de 10 millions d’habitants que compte la capitale. Un défi aussi pour obtenir le vaccin en nombre suffisant. Un vaccin très demandé et peu produit.

Le gouvernement congolais et les partenaires cherchent à contenir rapidement l'épidémie pour éviter que ça ne s'étende à l'ensemble de la ville. C'est un défi logistique. Il faut vraiment une logistique sans faille pour réaliser une campagne de qualité dans cette ville-là. L'autre défi, majeur, c'est la disponibilité du vaccin

Docteur Yokouide
21-06-2016

Au-delà de Kinshasa, ce sont les deux provinces frontalières du Kongo Central et du Kwango qui ont été les premières touchées et d'où provient la majorité des cas confirmés.

L'autre source d'inquiétude, c'est l'apparition de cas dit « autochtones », qui n'ont rien à voir avec l'Angola. Cela prouve que le virus circule aussi au Congo. L'officialisation de l'existence d'une épidémie par les autorités du pays devrait permettre aux partenaires de la RDC de débloquer des aides d'urgence.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.