Republier
Mali

Un nouveau mouvement politico-militaire peul créé au Mali

Des éleveurs peuls du Gourma, au sud de Gao, Mali.
© wikipédia

Son leader, un jeune de 27 ans, annonce clairement la couleur : son mouvement, présent dans le centre, entend défendre les civils peuls victimes, selon lui, d'exactions.

L'Alliance nationale pour la sauvegarde de l'identité peul et la restauration de la justice est dirigé par un jeune Malien âgé de 27 ans. Enseignant de profession Oumar al-Janah affirme d'entrée de jeu qu'il est à la tête d'un mouvement armé, qu'il est ni jihadiste, ni indépendantiste. Alors, pourquoi prendre les armes ? « Pour défendre les civils peuls injustement attaqués. » Combien de combattants ? « Environ 700 », répond-t-il. Et d'ajouter : « Nous avons de nouvelles adhésions. »

Les leaders politiques maliens font-ils partie de l'Alliance ? « Oui », martèle le secrétaire général qui ne veut pas pour le moment rendre public des noms. Quid du futur mode d'action de ce mouvement armé peul malien ? Son ennemi, explique le leader, est l'armée malienne et non les civils.

Seon les observateurs, si un mouvement armé structuré s'installe au centre du Mali, l'objectif pourrait être de tenter de couper le nord du sud. Mais il y a une autre grille de lecture, au moment où le processus démobilisation, désarmement, réinsertion (DDR) devrait commencé. Le principe est connu : pour intégrer le processus, il faut être un groupe armé et surtout détenir des armes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.