Republier
RDC

RDC: Moïse Katumbi condamné à 36 mois de prison ferme

L'opposant Moïse Katumbi escorté par ses partisans, alors qu'il se rendait au palais de justice, à Lubumbashi, le 11 mai 2016.
© REUTERS/Kenny Katombe

En RDC, l’un des deux candidats déclarés à la présidentielle vient d’être condamné à 36 mois de prison. Moïse Katumbi était déjà poursuivi pour atteinte à la sûreté de l’Etat, accusé d’avoir recruté des mercenaires. Il avait eu néanmoins l’autorisation de se faire soigner à l’étranger. C’est donc par contumace que l’opposant a été condamné. Un verdict que ses avocats ne reconnaissent pas.

Tout a commencé par un bandeau sur Télé 50, une chaîne proche du pouvoir. 36 mois de prison dans l’affaire dite de la spoliation. « Il n’y a rien au greffe, mais Télé 50 a tendance à être au courant avant la justice », raillait mercredi matin l’un des avocats de la défense. Ce mercredi soir, ils étaient plutôt en colère devant un jugement qu’ils ne reconnaissent pas.

Les avocats de Moïse Katumbi disent avoir demandé lundi à ce que le tribunal soit dessaisi, accusé de partialité. Ils dénoncent également des pressions sur l’un des juges pour signer la décision du jour et rappellent avoir déposé plainte au nom de Moïse Katumbi et de son frère. Plainte pour faux et usage de faux.

Car c’est le fond de l’affaire : un citoyen grec, Alexander Stoupis, a porté plainte contre l’opposant qu’il accuse d’avoir acquis illégalement au début des années 2000 par le biais d’un faux contrat l’un des immeubles qui appartenaient à sa mère. Faux, répond la défense du candidat à la présidentielle. L’immeuble appartient à son frère depuis 1976.

« Une affaire privée »

Pour Maître Jacques Shesha, l'un de ses avocats, c'est un déni de justice. La défense va faire appel et a déposé une plainte contre Alexandre Stoupis. « Moïse Katumbi ne va pas baisser les bras, il va interjeter appel, a-t-il annoncé. Il a déposé, par la voix de ses avocats, un citation à comparaître contre M. Alexander Stoupis devant les tribunaux de Lubumbashi pour dénonciation calomnieuse. Parce que Moïse Katumbi n'a rien à voir avec les faits pour lesquels on vient de le condamner et s'il faut en chercher la motivation, elle ne peut être recherchée que dans des considérations politiques au regard de sa candidature à la présidence de la République qu'il a annoncée. »

Moïse Katumbi et son frère ont donc porté plainte en retour contre le citoyen grec. Comparution directe le 11 juillet. Alexander Stoupis n’est pas un inconnu au Congo, puisqu’il a déjà porté plainte contre un autre opposant qui est aujourd’hui en prison, l’ancien bâtonnier Jean-Claude Muyambo, accusé lui d’abus de confiance, rétention de documents et menaces d’attentat.

Pour le porte-parole du gouvernement, il s'agit d'une affaire privée auquel l'Etat à travers le ministère public n'est pas mêlé. Deux précisions toutefois apportées par Lambert Mendé : le ministre assure qu'il avait été bien demandé à l'opposant de rentrer pour comparaître mais qu'il a fait fi de cette requête. Quant à l'affaire de la pression sur un juge, Lambert Mendé s'étonne que des avocats puissent prétendre connaitre le secret des délibérations et rappelle que c'est le tribunal et non un juge qui rend une décision. Le ministre de la Justice dit avoir été informé de la condamnation de Moïse Katumbi. « Il n'y a rien de politique, nous jouons la transparence absolue », assure Alexis Thambwe Mwamba disant regretter que des acteurs politiques lorsqu'ils sont poursuivis pénalement pour des faits bien documentés se réfugient derrière leur statut d'opérateurs politiques.

Pour les avocats de Moise Katumbi, au contraire, c'est une histoire cousue de fil blanc. Alexander Stoupis comme dans l’affaire de l'ancien bâtonnier, est à nouveau instrumentalisé par le gouvernement. Pour Pierre Lumbi, l'un des ténors du G7 qui a fait de Moïse Katumbi son candidat à la présidentielle, au contraire, cette affaire n'est que politique. « Comment peut-on régler une affaire vieille de 40 ans en moins de 48h ? », dénonce l'opposant qui estime que jamais la justice n'aurait dû condamner par contumace Moïse Katumbi qui avait eu l'autorisation du parquet pour se faire soigner à l'étranger.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.