RDC: explosion des violations des droits de l'homme à caractère politique en mai

Une manifestation de l'opposition à Kinshasa dispersée par la police, le 26 mai 2016.
© RFI/Sonia Rolley

En République démocratique du Congo, il y a eu plus de violations des droits de l'homme à caractère politique en cinq mois en 2016 que sur toute l'année dernière. Et le mois de mai a été noir avec 155 violations, révèle la dernière note mensuelle du bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'homme.

On se souvient qu'en mai dernier, l'opposition avait appelé à marcher sur toute l'étendue du territoire. Mais les manifestations avaient été interdites presque partout avec, quand malgré tout des cortèges se formaient, l’intervention des forces de sécurité. C'est ce qui se reflète aujourd'hui dans les chiffres compilés par l'ONU.

Avec surtout des atteintes à la liberté de manifester pacifiquement - au moins 30 manifestations réprimées ou annulées - suivies par les atteintes à la liberté d'expression et d'opinion. Pour la répartition géographique, le Nord-Kivu est en tête, suivi par Kinshasa et l'ex-province du Katanga.

Un motif de satisfaction pour le bureau conjoint : un policier qui avait tiré pour disperser la manifestation de l'opposition du 26 mai à Mbandaka en Equateur a été condamné à dix ans de prison pour violations de consignes et dispersion de munitions de guerre. Même si, note avec inquiétude l'ONU, la police avait fait usage d'armes létales pour disperser d'autres manifestations.

371 violations depuis janvier contre 260 pour tout 2015

Avec 155 violations au total, le mois de mai bat les records. De janvier à mai, il y a eu 371 violations des droits de l'homme à caractère politique contre 260 pour toute l'année 2015. L'espace politique continue de se réduire en RDC, ne cesse de répéter l'ONU.

Toutes violations confondues, l’ONU constate une hausse également en ce mois de mai : 384 contre 366 au mois d'avril. 67% d'entre elles n'ont pas été commises par les groupes armés, mais par les forces de sécurité, dont un tiers par la police nationale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.