Republier
RDC États-Unis

Visé par des sanctions, qui est Célestin Kanyama, l'«esprit de mort» de la RDC?

Le chef de la police de Kinshasa, le général Célestin Kanyama, le 24 mai 2016.
© RFI/Sonia Rolley

Le département du Trésor américain a annoncé ce jeudi 23 juin l'imposition de sanctions contre le chef de la police de Kinshasa, le général Kanyama, que les Etats-Unis tiennent pour responsable des violences et des disparitions de ces dernières années dans la capitale de la République démocratique du Congo. Qui est le général Kanyama ? Que lui est-il reproché ?

Le général Kanyama est véritablement le visage de la police à Kinshasa. Il n'hésite pas à descendre sur le terrain quand la situation se complique pour ses hommes et qu'il s'agit d'une manifestation sensible. Ses détracteurs le surnomment « esprit de mort », ses soutiens encensent sa détermination à lutter contre la criminalité urbaine. A la fois craint et respecté, le général Célestin Kanyama est une figure controversée de la police nationale.

Commissaire provincial de Kinshasa, il lance en novembre 2013 l'opération Likofi contre les gangs des rues, les kulunas. Une opération loin d'être impopulaire dans la capitale tant ces gangs perturbent la vie des habitants, mais vivement critiquée par les organisations de défense des droits de l'homme. Elle se solde par au moins 51 morts, selon Human Rights Watch, plusieurs dizaines de morts et de disparus, selon l'ONU. C'est cette dénonciation qui a valu au directeur du bureau conjoint des Nations unies de l'époque, Scott Campbell, d'être déclaré persona non grata dans le pays.

Depuis, la communauté internationale avait exigé une enquête au gouvernement congolais. Et finalement, après plus d'un an et demi de silence, le rapport de l'inspection générale de la police congolaise a été publié il y a quelques jours, dénonçant un certain nombre de violations et de manquements. Ce qui selon des sources diplomatiques occidentales n'est sans doute pas une coïncidence. Ce rapport tant attendu reconnaissait 16 disparitions et deux exécutions sommaires.

Son nom est parfois cité dans des chansons lors des manifestations hostiles au gouvernement. Et c'est aussi pour sa gestion des manifestations politiques qu'il se retrouve aujourd'hui sanctionné, notamment celles de janvier 2015 à Kinshasa contre le glissement du calendrier électoral. Des manifestations au cours desquelles, selon le Trésor américain, plus de 40 personnes ont été tuées, dont au moins 20 par les forces de sécurité. Un bilan contesté par le gouvernement congolais.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.