Zimbabwe: la limitation annoncée des importations préoccupe les économistes

Une rue de Harare, capitale du Zimbabwe.
© Wikimedia Commons

Au Zimbabwe, le gouvernement veut limiter les importations. Le pays traverse une crise de liquidités. Les distributeurs et les entreprises auront besoin d’une licence spéciale pour importer tous les produits qui figurent sur une longue liste dévoilée en fin de semaine dernière par le ministre de l’Economie. Sont concernés les produits de première nécessité : savon, huile alimentaire, céréales, mais aussi les matériaux de construction. Les produits dits « prioritaires » tels que les médicaments pourront faire l’objet d’aménagement. La mesure ne fait pas du tout l’unanimité auprès des économistes.

Le gouvernement peine à rémunérer son demi-million de fonctionnaires, qui représente 80% du budget de l’Etat. Même les militaires, pourtant prioritaires, sont affectés. C’est pour régler ces problèmes de liquidités que le ministre de l’Economie a décidé de limiter drastiquement les importations. « On s’achemine de nouveau vers des supermarchés vides au Zimbabwe », met en garde John Robertson, économiste indépendant basé à Harare.

« La plupart de nos industries ont mis la clé sous la porte il y a longtemps. Et celles qui tiennent encore debout devraient investir et acheter des équipements. Et puis la main-d’œuvre qualifiée n’est plus là, elle a quitté le pays. Donc je pense que les magasins auront bien moins de produits à proposer, 70 à 80% de ce qu’ils vendent est importé. Et ces produits ne peuvent pas être fabriqués localement du jour au lendemain », ajoute John Robertson.

Harare souhaite aussi empêcher les capitaux de sortir du pays, pour régler ses dettes auprès du Fonds monétaire international (FMI), mais cela ne veut pas dire que le pays pourra automatiquement s’endetter. « Notre capacité de production s’est tellement dégradée que les bailleurs vont dire que le Zimbabwe ne peut pas se permettre de s’endetter à nouveau », estime l’économiste.

Les freins à l’importation risquent enfin de fâcher l’Afrique du Sud et les autres voisins du Zimbabwe, déjà mécontents de l’augmentation des droits de douane imposés par Harare ces dernières années.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.