Republier
Libye

Libye: les forces du général Haftar obligées de combattre sur deux fronts

La fumée des combats au-dessus de Benghazi, le 9 juin 2016.
© REUTERS/Esam Omran al-Fetori

La Libye compte toujours deux gouvernements. Deux réalités politiques et militaires et un pays divisé entre est et ouest. Les forces loyales au gouvernement de Tripoli, soutenues par la communauté internationale, continuent leur progression à Syrte située au centre du pays. De leur côté, les forces qui dépendent du Parlement de Tobrouk, progressent à Benghazi. Dirigées par le général Haftar, elles sont obligées de combattre sur deux fronts.

Les forces du général Khalifa Haftar, dirigées par le Parlement libyen de Tobrouk, non reconnu, n’avaient pas fini de combattre l’organisation Etat islamique à Benghazi et les voilà pousser à mener d’autres combats à 40 kilomètres de la ville, à Ajdabiya. Là, des groupes islamistes radicalisés chassés par Haftar en décembre dernier sont revenus du désert. Ils ont attaqué l'armée de l'est du pays et ont réussi à mettre la main sur des dépôts d'armes.

Ces groupes annonçaient avoir répondu à l’appel lancé par l’ex-mufti de Tripoli, Sadeq Ghariani. Ce mufti a été démis de ses fonctions par le gouvernement provisoire. Dans son dernier discours, il avait invité ces groupes à occuper les champs pétroliers de l’est, ainsi que Ajdabiya et Benghazi.

L’un de ces groupes, le plus important, se nomme « Les brigades de défense de Benghazi ». Il est composé d’ex-révolutionnaires regroupés d’abord sous le nom du « Conseil de la choura de Benghazi » et radicalisé depuis. Il y a également Ansar al-Charia.

Par ailleurs, l’armée du Parlement dirigé par le général Haftar a progressé à Benghazi et déclare maîtriser 90% de terrain. Benghazi est depuis deux ans le théâtre de combats sanglants entre les forces loyales au gouvernement provisoire et des groupes armés liés au groupe Etat islamique.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.