Sénégal: Karim Wade bénéficie d'une grâce présidentielle

Karim Wade a été libéré suite à une grâce présidentielle, le 24 juin 2016 (photo d'archive).
© AFP/SEYLLOU

Karim Wade est libre à la suite d’une grâce présidentielle accordée vendredi 24 juin par l'actuel chef de l'Etat Macky Sall. Le fils de l'ancien président sénégalais avait été condamné l'an passé à six ans de prison pour enrichissement illicite.

L'information est tombée dans la nuit : Karim Wade est libre. Aucune information sur la localisation de l’ancien ministre n’a été communiquée. Après avoir passé trois ans en détention, le fils de l'ancien président Abdoulaye Wade est sorti de la prison de Rebeuss où il était emprisonné, exactement à une heure trente du matin (heure locale), honnêtement, en catimini.

Si cette libération était prévue d’après le président de la République Macky Sall avant la fin du ramadan, la rumeur a réveillé Dakar. L’information a été au final confirmée à deux heures quarante-cinq, au cœur de la nuit, par un communiqué de la présidence de la République : « Le président de la République, par décret du 24 juin 2016, a gracié monsieur Karim Wade ». Il précise par ailleurs que les sanctions financières à l’encontre de Karim Wade restent en vigueur.

Reste une question : où est Karim Wade ? Difficile à dire. Ses sympathisants se sont réunis auprès d’une de ses maisons au centre de Dakar, ensuite dans différentes maisons. Certains disent qu’il serait déjà dans l’avion, qu’il aurait déjà quitté le Sénégal. Pour quelle destination ? Très difficile de le savoir à l’heure actuelle.

Premières réactions dans les rue de Dakar

La rumeur de cette libération a secoué Dakar à deux heures du matin. Immédiatement des sympathisants de Karim Wade se sont rassemblés devant sa maison du point E. Sur place, les klaxons résonnent, mais personne, même les cadres du PDS comme Farba Senghor, ne sait où il se trouve : « Tout le monde s’y attendait et ce jour est arrivé, on s’en félicite et on attend maintenant la suite. On ne peut pas vraiment sur prononcé sur où il se trouve ».

Gaspard Camara, homme politique qui se présente comme un proche de Karim Wade, se félicite aussi de cette libération : « On pense que c’est une justice qui a été rendu et que c’est vraiment une perte de laisser partir quelqu’un comme ça ».

Dans les rues de Dakar, chacun commente la nouvelle. Pour cette femme qui l’apprend au micro de RFI, c’est une bonne chose : « C’est mon futur président ». Un peu plus loin, un étudiant en revanche ne comprend pas cette aberration : « C’est le PDS, Macky fait partie du PDS, c’est la famille ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.