Attaque contre un hôtel de Mogadiscio: onze morts dont un secrétaire d’Etat

Un soldat somalien inspecte les débris suite à l'attaque, samedi 25 juin, de l'hôtel Naasa Hablood, à Mogadiscio, par les Shebabs.
© REUTERS/Feisal Omar

En Somalie, au moins onze personnes ont été tuées, samedi 25 juin, dans une nouvelle attaque des Shebabs contre un hôtel de la capitale, Mogadiscio. C'est la deuxième fois, en trois semaines, qu'un tel établissement est la cible d'une violente attaque revendiquée par les Shebabs. L'hôtel Naasa Hablood, situé dans le quartier du Kilomètre 4, dans le sud de Mogadiscio, est connu pour être fréquenté par des hommes politiques et des membres de la diaspora. Il était environ 16H30, samedi, quand une voiture piégée conduite par un kamikaze a explosé contre l'enceinte de l'hôtel, puis il y a eu des tirs et l'assaut donné par des assaillants.

De nombreux clients ont pu s'échapper grâce à une porte située à l'arrière de l'établissement mais samedi soir, deux personnes manquaient à l'appel. Ces deux clients ont été tués par les assaillants. Parmi eux, Buri Mohamed Hamza, secrétaire d'Etat chargé de l'Environnement attaché au Cabinet du Premier ministre. C'est ce qu'a confirmé, ce dimanche, à RFI, le ministre somalien de la Sécurité intérieure, Abdirizak Omar. Le corps de Buri Mohamed Hamza, nommé à son poste en février 2015, a été dégagé des décombres de l'hôtel, ce dimanche matin.

Parmi les victimes, à l'intérieur de l'hôtel, on compte également deux médecins.

L'explosion, vers 16h30, d'un premier véhicule contre l'enceinte de l'hôtel a tué deux passants. Le commando, composé de trois hommes, a ensuite tué trois gardes, des employés de l'hôtel, avant de pénétrer dans l'établissement.

Un membre des Forces de sécurité et un passant ont été tués à un carrefour, proche de l'hôtel, là où le conducteur a fait exploser le second véhicule qui a servi à transporter les assaillants.

En plus de ces victimes, l'attaque de l'établissement fait une vingtaine de blessés dont certains grièvement. Le bilan pourrait donc s'alourdir a fait savoir, dans la matinée de ce dimanche, le ministre somalien de la Sécurité.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.