Archipel des Chagos: le ton monte entre Maurice, Londres et Washington

Vue aérienne de l'archipel de Diego Garcia.
© Wikipedia / U.S. military or Department of Defense employee

Le gouvernement mauricien et l'opposition qualifient d' « inacceptable » la teneur d'un communiqué conjoint émis par les ambassades britannique et américaine. Au centre de ce coup de froid, la décision de Maurice de solliciter un avis de la Cour internationale de justice sur le contentieux territorial qui l'oppose à Londres au sujet de l'archipel des Chagos. Le ton du communique anglo-américain qui veut contrecarrer ce recours est considéré comme choquant et menaçant dans l'île.

La base militaire de Diego Garcia provoque de nouvelles frictions entre Port-Louis, Londres et Washington. Tout est parti d'un ultimatum lancé par le Premier ministre mauricien à l'Assemblée nationale le mois dernier. Sir Anerood Jugnauth donnait jusqu'a fin juin à Londres pour préciser sa position sur l'archipel des Chagos, territoire revendiqué par Maurice et où se trouve la base américaine de Diego Garcia.

Port-Louis menaçait de porter le dossier devant la Cour internationale de justice, si Londres reste silencieuse sur la question. Mais à quelques jours de la fin de cet ultimatum mauricien, les ambassades britannique et américaine se sont fendues d'un communiqué conjoint jugé menaçant, car les deux grandes puissances brandissent le risque de préjudices durables dans leurs relations avec Maurice.

Le bureau du Premier ministre a trouvé le ton « inacceptable » tout comme le leader de l'Opposition, Paul Bérenger. L'ex-ambassadeur de Maurice a l'ONU, Milan Meetarbhan parle lui d'un communiqué « choquant », quand l'ancien président de la République, Cassam Uteem évoque « un chantage odieux ».

Cette polémique s'ouvre alors que la justice britannique devrait se prononcer cette semaine sur le sort des Chagossiens déportés par la Grande-Bretagne dans les années 1960 et 1970 aux Seychelles et à Maurice.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.