La délégation de l'UE à Kinshasa inquiète pour les droits de l'homme en RDC

Un homme arrêté par la police, le 19 janvier 2015 à Kinshasa, en marge des manifestations contre le pouvoir de Joseph Kabila (Photo d'illustration).
© AFP/Papy Mulongo

Dans une déclaration, la délégation de l'Union européenne à Kinshasa se dit « vivement préoccupée par la hausse des violations des droits de l'homme, commises en particulier par des représentants des forces de l'ordre ». Dans ce contexte, elle réaffirme l'impératif d'un dialogue entre tous les acteurs congolais pour permettre la tenue des élections dans le respect des délais constitutionnels. Elle dit aussi vouloir approfondir et formaliser ses propres discussions avec Kinshasa.

La délégation s'inquiète en particulier de la hausse des actes de harcèlement et d'intimidation envers les politiques, les défenseurs des droits de l'homme, les médias et la société civile. Mais à la différence des Etats-Unis, passés à l'étape des sanctions individuelles pour faire pression sur Kinshasa, les Européens privilégient encore le dialogue amorcé par l'Union africaine. Un dialogue entre tous les acteurs congolais, d'importance cruciale selon la délégation et qui doit aboutir à un consensus pour l'organisation des élections dans le respect de la Constitution.

La déclaration fait toutefois implicitement planer l'éventualité de sanctions individuelles puisqu'elle fait référence au Conseil européen du mois de mai : dans ses conclusions, le Conseil rappelait la responsabilité individuelle des acteurs et notamment des responsables de la justice et de la sécurité, de respecter strictement l'Etat de droit et les droits de l'homme, « faute de quoi ils auraient à en assumer les conséquences » précisait-il. Par ailleurs, la délégation dit vouloir approfondir son propre dialogue avec Kinshasa, dans le cadre de l'article 8 des accords de Cotonou.

Cet article promeut un dialogue formel, notamment pour éviter d'arriver au point où des consultations sur la poursuite de la coopération pourraient être engagées en vertu de l'article 96. Mais selon un diplomate à Kinshasa, « le recours à l'article 96 n'est pas d'actualité, l'article 8 est seulement cité pour renforcer et formaliser les discussions avec les autorités ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.