Sénégal: inquiétude face aux drogues de synthèse qui envahissent le marché

Lundi 27 juin, les dernières saisies de drogues ont été brûlées à Dakar.
© RFI / Guillaume Thibault

Alors que l’Afrique de l’Ouest est une zone de transit et de trafic de cocaïne et que la région devient aussi une zone de fabrication de drogues de synthèses, les autorités du Sénégal tentent avec leurs moyens de lutter contre ces trafics. Ce lundi 27 juin, les dernières drogues saisies ont été brûlées.

« Pour le chanvre indien, nous avons 7 tonnes ; nous avons 1 kg de cocaïne et pour les amphétamines, nous avons 39 kg… » Poussée par le vent, l’épaisse fumée noire et blanche a recouvert le quartier de Ouakam. Durant quelques minutes, la forte odeur du chanvre indien a rempli l’air.

Le Commissaire Idrissa Cissé est directeur de l’office central de répression des drogues et toute son inquiétude porte sur la hausse des saisies de drogues de synthèses, pilules fabriquées dans la sous-région. « Il y a une nouvelle forme de drogue qui commence à envahir le marché sénégalais, ce sont les drogues de synthèse. En général, c’est au niveau des frontières terrestres et à l’aéroport que ces saisies sont opérées », a-t-il précisé.

Présent également, le Secrétaire général du ministère de l’Intérieur. Cheikh Ou Cissé reconnait que la consommation de drogues dures, comme la cocaïne et les amphétamines, est en hausse dans la sous-région, et notamment au Sénégal. « Cette montée en puissance des drogues dures et des drogues de synthèse nous inquiète véritablement. Dans la limite de nos moyens, nous mettons en œuvre tous les efforts possibles », a-t-il déclaré.

Si les services de contrôle jouent un rôle essentiel, le gouvernement du Sénégal a bien compris que la sensibilisation et la mise en place de services médicaux pour prendre en charge les drogués sont essentielles pour mener cette lutte contre les narcotrafiquants.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.