Militants FNL arrêtés: l'opposition burundaise dénonce des pressions du pouvoir

Le leader de l'opposition burundaise Agathon Rwasa lors d'une interview le 22 juillet 2015 à Bujumbura.
© REUTERS/Mike Hutchings

Les opposants burundais dénoncent de nouvelles pressions de la part du pouvoir. Plusieurs militants des Forces nationales de libération (FNL) ont été arrêtés ces derniers jours dans plusieurs provinces du pays.

Des responsables locaux des FNL ont été interpellés dans la province du Bururi et à Ngozi, dans le nord, une localité présentée comme un fief du président Nkurunziza. D'après le porte-parole du parti d'opposition, le chef de l'Etat n'a pas apprécié la récente visite d'Agathon Rwasa.

L'opposant et vice-président de l'Assemblée nationale a fait une tournée dans la région, acclamé par les foules, selon son parti. Et c'est justement ce qui aurait déplu au pouvoir. Les FNL assurent d'ailleurs qu'Agathon Rwasa n'a plus le droit de se rendre dans les provinces de Cibitoké et à Karusi.

« Les arrestations se multiplient, donc la population vit dans la terreur », déplore le porte-parole des FNL, Aimé Magera, joint par RFI. Pour lui, « ce sont des Imbonerakures qui procèdent à des arrestations. Donc c'est vraiment très dur pour nos responsables locaux, surtout qu'ils sont en prison, ils ne sont pas assistés, ils sont rançonnés. La situation est vraiment très compliquée. »

Le ministère de l'Intérieur confirme que les gouverneurs de ces provinces ont pris ces mesures, mais explique qu'il s'agit de sécurité. Agathon Rwasa est allé à la rencontre de la population sans en avoir informé l'administration locale. Selon le ministère, il aurait dû le faire pour que son déplacement puisse être encadré par les forces de l'ordre. On ne peut pas circuler tout à fait comme on le veut lorsque l'on est vice-président de l'Assemblée nationale.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.