Angola: 17 opposants au pouvoir libérés et assignés à résidence

Le rappeur et militant des droits de l'homme Luaty Beirao, ici en 2012, fait partie des 17 opposants libérés par les autorités, le 29 juin 2016.
© AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN

En Angola, la justice a ordonné ce mercredi 29 juin la libération conditionnelle de 17 opposants au pouvoir. Parmi eux, le rappeur Luaty Beirao. Arrêtés il y a un an, ils ont été condamnés en mars dernier à des peines de deux à huit ans de prison pour tentative de rébellion. En appel, le tribunal suprême de Luanda a décidé de les libérer et de les assigner à résidence. Pour eux, c'est une première victoire.

Les organisations de défense des droits de l'homme demandent leur remise en liberté depuis des mois. Pour le secrétaire général d'Amnesty International, Salil Shetty, cette condamnation était un affront à la justice. Pour un groupe se revendiquant du collectif Anonymous en Angola, « les vrais criminels sont dehors ».

Au final que leur reproche-t-on ? Ces militants se seraient opposés au régime du président José Eduardo dos Santos au pouvoir depuis 36 ans. Selon le gouvernement, ces militants préparaient des actes pouvant porter atteinte à l’ordre et la sécurité du pays. Alors aujourd'hui, pour l'avocat de la défense Francisco Miguel Michel, cette décision en appel est une grande nouvelle.

« Ils sont assignés à résidence jusqu'à ce qu'on connaisse la décision basée sur l'Abeas corpus que la défense a présenté le 28 mars dernier, et nous sommes satisfaits parce que finalement, c'est le système judiciaire angolais qui l'emporte. Les gens vont y croire davantage à l'avenir, salue-t-il au micro de RFI. Je crois que la demande en appel présentée par la défense va permettre de faire annuler la décision en première instance. »

La Cour suprême fait respecter les lois du pays, même si, hasard du calendrier, ces militants sont invités à attendre la décision de la Cour d'appel chez eux. La veille de l'annonce officielle de la candidature du président angolais à sa propre succession.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.