Présidentielle au Gabon: des candidats dénoncent l’éligibilité d’Ali Bongo

Au Gabon, dans un bureau de vote d'Atout, près de Medouneu, les assesseurs attendent les électeurs, le samedi 17 décembre 2011.
© AFP/Patrick Fort

Au Gabon, après la Commission électorale nationale et permanente (Cénap) le 25 juin dernier, quatre candidats déclarés à la prochaine élection présidentielle se sont rendus lundi 4 juillet au siège de la Cour constitutionnelle. Ils demandent à cette institution de ne pas valider la candidature d'Ali Bongo, le président sortant étant soupçonné de ne pas être gabonais d'origine.

Casimir Oyé Mba et trois autres candidats déclarés à l'élection présidentielle du 27 août prochain au Gabon, ont apporté à la Cour constitutionnelle un mémorandum dans lequel figurent deux points.

Le premier dénonce une décision de la Commission électorale qui impose à chaque candidat de joindre dans son dossier un certificat de nationalité. Ce document n'est pas prévu par la loi. Le second point, selon Casimir Oyé Mba, concerne l'éligibilité du président sortant Ali Bongo Ondimba :

« En modifiant unilatéralement la liste des pièces à verser dans les dossiers de candidature, le président de la Cénap a clairement indiqué son désir d’imposer la candidature de monsieur Ali Bongo. Par cet acte, il a engagé sa responsabilité personnelle dans tout ce qui pourrait advenir dans les tout prochains jours. »

Chargée de faire respecter la loi, la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsuo, a rappelé la procédure à suivre : « La Cour constitutionnelle statue lorsqu’elle est saisie. Elle n’a pas encore été saisie de quoi que ce soit. La Cour rend des décisions, elle ne tient pas des meetings. »

Selon le calendrier électoral, tous les candidats doivent déposer leur dossier au plus tard le 12 juillet. Une date qui fait déjà battre le cœur des Gabonais.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.