Afrique du Sud: Oscar Pistorius condamné à six ans de prison en appel

Oscar Pistorius lors du premier jour de son procès, le 3 mars 2014.
© REUTERS/Herman Verwey/Pool

En Afrique du Sud, Oscar Pistorius écope de six ans de prison ferme. La sentence est tombée mercredi 6 juillet au matin à la Haute Cour de Pretoria. L’athlète handicapé était rejugé pour meurtre, celui de sa petite amie Reeva Steenkamp en février 2013. En première instance, le champion paralympique avait été condamné à cinq ans de prison pour homicide involontaire.

C’est la fin d’un long feuilleton judiciaire qui a tenu l’Afrique du Sud en haleine depuis plusieurs années. Ce mercredi matin, dans la salle comble du tribunal de Pretoria, le sextuple champion paralympique de 29 ans a été finalement condamné à six ans de prison. Pendant une heure, la juge Thokozile Masipa a lu son verdict avant d'annoncer la peine, en expliquant pourquoi elle avait accepté ou rejeté tel ou tel témoignage.

Pour le meurtrede Reeva Steenkamp en février 2013, Oscar Pistorius avait été condamné en 2014 à cinq ans de prison pour homicide involontaire. Mais en appel, la justice sud-africaine avait condamné l'athlète pour meurtre, un crime passible de 15 ans de prison.

L'accusé, pour sa part, a toujours plaidé la méprise dans cette affaire. En effet, la défense de Pistorius a expliqué que le sportif pensait qu’il s’agissait d'un cambriolage dans sa demeure la nuit des faits. Un cambriolage qui, selon l'athlète, aurait entraîné son tir de revolver mortel à travers la porte des toilettes.

Des circonstances atténuantes retenues

Cette version a donc pesé dans la balance de la justice sud-africaine, puisque la juge a retenu que « les circonstances atténuantes l'emportaient sur les facteurs aggravants ». Le juge a aussi expliqué qu'Oscar Pistorius avait fait preuve de remords puisqu'il a à plusieurs reprises tenté de contacter la famille de sa victime pour s'excuser et qu'il s'agit d'une première infraction. Ces circonstances atténuantes justifieraient de ne pas avoir imposé à l'athlète la peine plancher de 15 ans.

A l'annonce du verdict, Oscar Pistorius a serré dans ses bras sa sœur, assise derrière lui, puis a été immédiatement escorté par les forces de sécurité en détention à la prison de Pretoria où il a commencé à purger sa peine. Sa défense a déjà annoncé qu'elle ne ferait pas appel de cette décision. Pour beaucoup d'observateurs, ces six ans de prison sont une peine indulgente. La juge a d'ailleurs déclaré qu'elle serait toute la journée présente au tribunal et disponible si les avocats des deux parties souhaitent s'entretenir avec elle. Il est très probable que le parquet fasse appel.

La famille de la victime n'a pas voulu s'exprimer. Seul son père Barry Steenkamp a eu cette petite phrase : « Nous espérons de plus jamais avoir à revenir ici ». En revanche, il y a beaucoup de réactions de colère sur les réseaux sociaux. Sentiment partagé par la ligue des femmes de l’ANC, le parti au pouvoir, qui a fait campagne tout au long de ce procès pour une peine sévère dans un pays où la violence envers les femmes est très élevée.

Nous sommes très déçus, nous espérions au minimum 15 ans. Pas 6 ans qui au final vont se transformer en 3 ans. Pour moi, c'est une insulte aux femmes sud-africaines.

Réactions après la condamnation d'Oscar Pistorius
06-07-2016 - Par Alexandra Brangeon

Ce verdict est-il trop clément ? Même parmi les experts, les avis sont partagés. Pour Ulrich Roux, avocat en droits criminels qui a suivi tout le procès, la justice a bien fait son travail :

« Je pense qu'il va toujours y avoir des insatisfaits quand une peine est prononcée, entre ceux qui pensent que la peine est trop légère et ceux qui pensent qu'elle est trop lourde, analyse-t-il. Mais il faut se rappeler que la justice est là pour servir l'intérêt du public et non pas l'opinion publique, comme l'a souligné la juge Masipa. Il y a eu énormément d'attention de la part de la presse, sur les réseaux sociaux, dans les journaux, à la télévision, partout dans le monde. La juge ne peut pas prendre en compte tout cela. La seule chose qu'elle doit prendre en compte, ce sont les preuves qui lui sont présentées. Et si l'on regarde tous les témoignages que la cour a entendus, tout ce qui a été enregistré, je pense que c'est une peine juste et raisonnable. »

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.