Rwanda: visite du Premier ministre israélien au mémorial du génocide à Kigali

Crâne et effets personnels d'une victime du Génocide au visible au Mémorial de Kigali, Rwanda.
© Wikipédia

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu est arrivé mercredi 6 juillet au Rwanda. Une étape très symbolique d'une tournée africaine « historique » afin de consolider les liens entre deux pays dont le passé respectif est marqué par un génocide.

Le Premier ministre israélien est arrivé à Kigali ce mercredi matin vers 10 h. A sa sortie de l'avion, Benyamin Netanyahu et son épouse ont été accueillis par le président rwandais Paul Kagame et la Première dame du pays. Sur le tarmac de l'aéroport de Kigali, le drapeau israélien était hissé au côté de celui du Rwanda. Un tapis rouge était déployé sur le tarmac de l'aéroport et une fanfare militaire a joué les hymnes nationaux des deux pays. Dans la capitale rwandaise, un dispositif de sécurité très important était déployé tout au long du parcours de la délégation et toutes les routes étaient bloquées.

Cette arrivée a été retransmise en direct à la télévision nationale. Après une poignée de main chaleureuse, les deux chefs d'Etat se sont rendus au mémorial du génocide de Gisozi à Kigali. Lors de ce temps fort dans sa visite, Benyamin Netanyahu a déposé des fleurs dans le jardin du mémorial où reposent dans des sépultures communes quelque 250 000 des 800 000 victimes du génocide au Rwanda. Dans un message inscrit dans le livre d'or du mémorial, il s'est dit « très ému » par cette visite.

Points communs entre les deux pays

Après une rencontre bilatérale de près de deux heures, Paul Kagame et Benyamin Netanyahu sont revenus sur les liens qui unissent leurs deux pays. « Mon peuple connait également la douleur d'un génocide, a rappelé Benyamin Netanyahu. C'est un lien unique et même si c'est un lien qu'aucun de nos peuples ne souhaite avoir. Pourtant nous avons persévéré et malgré la peine et l'horreur auxquelles nous avons survécu. »

Paul Kagame a de son côté insisté sur les similitudes dans la reconstruction des deux pays après le génocide. « Nos deux pays ont été modelés à voir et faire des choses d'une certaine façon en nous basant sur la principale ressource à notre disposition, notre peuple ». Les deux hommes ont également annoncé la signature d'accords, notamment dans le tourisme et l'innovation.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.