Republier
Mali

Mali: une membre de la CMA dans le nouveau gouvernement malien

Le nouveau gouvernement restera dirigé par le Premier ministre, Modibo Keïta.
© AFP PHOTO / HABIBOU KOUYATE

La composition du nouveau gouvernement malien a été annoncée, ce jeudi 7 juillet. La principale information de ce remaniement ministériel concerne l’entrée au gouvernement d’une membre de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA, rébellion). La nouvelle équipe est composée de 34 ministres, dont huit femmes contre six dans l’ancien gouvernement. Mis à part le ministère de la Communication, les principaux portefeuilles n’ont pas changé de titulaire.

Les groupes rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) ont un représentant dans la nouvelle équipe : Nina Walett Intalou, qui détient désormais le portefeuille de l’Artisanat et du Tourisme. Cette entrée au sein du nouveau gouvernement malien est considérée par les observateurs comme un signe plutôt positif dans le cadre du processus de paix.

Nina Walett est une militante, une grande militante au sein de la rébellion touareg. Agée de 53 ans, mère de trois enfants, diplômée en droit public, elle était jusque-là vice-présidente de la Commission dialogue, vérité, justice et réconciliation créée aussi pour panser les plaies. Elle a une histoire personnelle avec son pays. Le Mali, lors de la rébellion touarègue des années 90, son père touareg, infirmier-major qui n’avait rien à voir avec les rebelles touaregs, a été tué de manière tragique. Aujourd’hui, elle veut tourner la page sans oublier.

Elle fait donc partie des huit femmes présentes dans ce nouveau gouvernement de Modibo Keita; contre six dans l'ancienne équipe. Le président malien IBK a toujours des efforts à faire pour respecter la parité hommes et femmes.

En ce qui concerne les départs, sept personnes quittent le gouvernement. Parmi eux : Zahabi Ould Sidi Mohamed, qui détenait le portefeuille de la Réconciliation, et qui devrait très rapidement se voir confier une autre mission. Choguel Maïga, lui, quitte le ministère de la Communication. Il est remplacé par Me Mountaga Tall, qui occupait dans l’équipe sortante le portefeuille de l’Enseignement supérieur.

Les autres ministères clés comme la Sécurité ou les Affaires étrangères ne changent pas de représentant, et en termes de préséance, le titulaire de la Défense Tiéman Hubert Coulibaly prend même du grade. Ce qui n’est pas le cas d’Amadou Konaté qui perd beaucoup de poids puisqu’il n’a plus le gros département de la Reconstruction du Nord qui avait un budget colossal.

La nouvelle équipe compte neuf nouveaux visages. Parmi eux, Me Mamadou Ismaël Konaté au ministère de la Justice. Ou encore Mohamed Ali Ag Ibrahim, à la tête du nouveau ministère du Développement industriel.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.