La deuxième vie du Conseil de l'entente ouest-africaine

Le Togolais Faure Gnassingbé a été élu pour deux ans à la présidence Conseil de l’Entente.
© ISSOUF SANOGO / AFP

A Niamey, le Conseil de l’entente, qui regroupe le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Niger et Togo, renaît de ses cendres houphouétistes. Six chefs d’Etat ouest-africains se sont réunis lundi 11 juillet à Niamey pour réhabiliter l’organisation. L’accélération de l’intégration régionale était à l’ordre du jour.

Créé en 1959 à l’initiative de l'Ivoirien Félix Houphouët-Boigny et de ses pairs, le Conseil de l’entente est la plus vieille organisation sous-régionale ouest-africaine. Aujourd’hui, on parle d’accélérer l’intégration sous-régionale à travers de nouveaux projets. « En termes hydroliques, plus de 6 000 points d’eau à l’époque, des projets vivriers, des projets d’élevage et nous poursuivons dans la même voie actuellement. Voilà l’importance du Conseil de l’entente », rappelle Patrice Kouamé, secrétaire exécutif du Conseil.

Pour le chef de la diplomatie nigérienne Ibrahim Yacouba, l’organisation est en phase de croissance. Les chefs d’Etat l’ont engagée dans trois thématiques : « Consolider la paix et la sécurité de la région, mettre en place des projets intégrateurs et structurants qui vont fonder une économie de croissance pour nos peuples, et permettre la libre circulation des biens et des personnes à l’intérieur de cet espace-là. »

Le Conseil de l’entente, qui se veut une organisation proche des populations rurales, vient de signer à l'occasion du sommet de Niamey une convention avec le fonds des ACP de l’Union européenne. Les projets communs seront mis en valeur. « Cette convention va nous permettre de bénéficier des fonds ACP pour financer les projets dans l’espace Entente. Elle va entrer en vigueur dès le mois d’octobre prochain », conclut Patrice Kouamé.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.