Republier
Mali

Gestion de Kidal au Mali: un accord signé entre la CMA et la Plateforme

Sidi Brahim Ould Sidatte de la CMA (gauche) et Moulaye Ahmed Ould Moulaye Rigani de la Plateforme (droite), dans les locaux de la Minusma à Tombouctou, lors de l’élaboration d'un document commun sur la région de Taoudeni. (Photo d'illustration)
© RFI/David Baché

Au Mali, un accord a été signé entre la CMA et la Plateforme, composée notamment des touaregs du Gatia. Un conflit opposait depuis plusieurs mois les deux groupes armés dans la gestion de la ville de Kidal, dans le nord du Mali. Un consensus a finalement été trouvé sous l'égide du Premier ministre nigérien qui avait fait venir les deux délégations à Niamey. Un compromis qui devrait enrayer l'escalade de la violence.

Après trois jours de négociation, un compromis a finalement été trouvé entre la délégation de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) qui tient militairement la ville de Kidal depuis 2012 et la Plateforme, notamment les combattants du Gatia. Ces derniers, dirigés par le général Gamou, dont les relations avec Bamako sont glaciales, bousculent depuis des mois les intérêts de la CMA à Kidal. Il fallait donc trouver un arrangement en attendant le déploiement des autorités intérimaires.

Les deux entités sont finalement tombées d'accord. Elles partageront la gestion administrative de Kidal. Plus important encore, comme le Gatia le réclamait, la coopération sera également valable dans le domaine sécuritaire. Autrement dit, des combattants du Gatia seront aux côtés des combattants de la CMA sur les checkpoints et associés à la sécurisation de la ville.

Des deux côtés de la délégation, on affirme que des « mesures concrètes vont être prises pour faire baisser la tension à Kidal », sans plus de précisions. La CMA, qui avait toujours refusé de collaborer sur le plan sécuritaire, ne voit pas cet accord comme un échec. « Tout ce qui peut nous faire avancer vers la paix est une bonne chose », conclut Almou Ag Mohamed, le porte-parole de la Coordination des mouvements de l'Azawad.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.