São Tomé et Principe: Evaristo Carvalho élu président

Evaristo Carvalho, candidat de l’ADI, parti au pouvoir, a été élu président de la République, lors de la présidentielle à São Tomé et Principe, le 17 juillet 2016.
© RFI/ Liliana Henriques

A São Tomé et Principe, les électeurs ont élu dimanche 17 juillet, dès le premier tour, le candidat du parti au pouvoir à la présidentielle. C’était serré, mais c’est le candidat Evaristo Carvalho qui l'a emporté avec 50,1% des voix contre le président sortant, Manuel Pinto da Costa, qui briguait un nouveau mandat de cinq ans. Il est loin derrière, avec près de 25% des voix. C'est donc sans doute la fin de sa carrière politique et cela marque la fin du partage du pouvoir entre chef de l'Etat et chef du gouvernement.

Avec notre envoyée spéciale à São Tomé et Principe, Liliana Henriques 

La nuit de dimanche à lundi a été courte à São Tomé et Principe. Evaristo Carvalho, le candidat soutenu par le parti du Premier ministre Patrice Trovoada, a été élu d’une courte tête. Candidat de l’Action démocratique indépendante (ADI), Evaristo Carvalho a obtenu 50,1 % des voix et c’est parmi des partisans euphoriques qu’il a fait ses premières déclarations.

En promettant d’être un président de la stabilité, le nouveau chef de l’Etat élu a écarté toute velléité autoritaire de son parti dans un pays où la cohabitation est plutôt la norme.

Jusqu’à l’annonce des résultats, vers 3h00 du matin, heure locale, tous auront cru jusqu’au bout au scénario d’un deuxième tour. Cependant, face à Evaristo Carvalho, ses deux principaux adversaires, à savoir le président sortant Manuel Pinto da Costa et l’ancienne Première ministre Maria das Neves, tous deux issus du MLSTP/PSD, ayant respectivement obtenu 24,8 % et 24,1 % des voix, n’ont pu que montrer un front divisé du deuxième parti du pays.

Une abstention de presque 36 % est une autre donnée de ce scrutin. Selon des observateurs locaux, ce serait une conséquence de la possible diminution de l’achat de votes.

L’ex-Premier ministre Maria Das Neves a d’ores et déjà fait savoir qu’elle conteste les résultats. Selon son directeur de campagne, « La candidate exige l’annulation de ces élections présidentielles parce qu’elles n’ont été ni libres, ni justes, ni transparentes », a-t-il annoncé.

Evaristo Carvalho, poids-lourd de la vie politique

Evaristo Carvalho dont le slogan de campagne était un très mitterrandien « La force tranquille » est un des poids-lourd de la vie politique de son pays. Agé de 75 ans et père de deux enfants, il a commencé son parcours dans la lutte contre le colonialisme portugais et a continué après l’indépendance, en 1975, au sein du MLSTP/PSD, ancien parti unique, jusqu’au début des années 1990 et l’avènement du multipartisme.

Il a alors occupé, à deux reprises, le poste de Premier ministre notamment sous la présidence de Miguel Trovoada, premier président démocratiquement élu en 1991 dont il est l’un des plus fidèles alliés. C’est donc tout naturellement que Patrice Trovoada, fils de Miguel Trovaoda et actuel Premier ministre, a soutenu très activement la candidature d’Evaristo Carvalho avec, pour mandat, d’assurer la stabilité de la gouvernance de ce pays miné par des crises institutionnelles à répétition. 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.