Les Ivoiriens en colère contre la hausse des tarifs de l'électricité

Le siège de la Compagnie ivoirienne d’électricité à Abidjan en Côte d'ivoire.
© groupecie.net

En Côte d'Ivoire, la grogne sociale est forte contre la CIE, la Compagnie ivoirienne d'électricité. Après l'augmentation des tarifs, plusieurs manifestations ont eu lieu ces derniers jours, parfois violentes comme à Yamoussoukro, la capitale, ou à Daloa. Le directeur général de l'entreprise a annoncé un délai supplémentaire pour payer les factures.

Devant les locaux de la compagnie ivoirienne d'électricité d'Angré, un quartier d'Abidjan, une voiture de police et des hommes armés sont stationnés. Ici pourtant, pas de manifestation comme à Yamoussoukro et Daloa où la population en colère a saccagé les locaux de l'entreprise.

Tout est calme, mais chez les passants, le mécontentement est bien là après l'augmentation de leurs factures d'électricité. Une hausse de 6% était annoncée, elles ont parfois doublé.

« Ce matin j’en discutais avec ma mère par téléphone. Elle était en train de se plaindre de sa facture d’électricité. Comment est-ce que tu peux avoir la même facture d’électricité et te retrouver à payer le double, ça n’a pas de sens », raconte cette Ivoirienne.

« Je ne sais pas si c’est la lumière du jour qui a été facturée, mais faut qu’on arrête un peu ! » Ironise un autre.

« Je payais 27 000 [41 euros environ, ndlr] et là je suis maintenant à 40 000 [près de 61 euros, ndlr], témoigne une autre habitante d’Abidjan. C’est trop cher, parce que nos salaires n’ont pas augmenté et donc du peu que vous gagnez, qu’est-ce qu’il vous reste ? On nous a promis à la télévision que ça allait diminuer, mais moi je suis allée payer ma facture et ils nous ont dit qu’ils ne sont pas au courant de ça. »

Le président de la République Alassane Ouattara a annoncé que la hausse était annulée. Certains disent pourtant avoir du mal à se faire rembourser. Des cafouillages et des incompréhensions qui se sont amplifiés après la distribution d'une deuxième facture en un temps très rapproché. Pour calmer la grogne, le directeur de la CIE a annoncé que les Ivoiriens disposaient d'un mois supplémentaire pour payer leur électricité.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.