Libye: Ban Ki-moon craint l'éparpillement des combattants du groupe EI

Des combattants alliés au gouvernement d'union nationale combattent le groupe Etat islamique à Syrte, le 15 juillet 2016.
© REUTERS/Goran Tomasevic

Un rapport du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'inquiète d'une possible dispersion des combattants de l’organisation Etat islamique en Libye. Acculés dans leur bastion de Syrte, ces 2 000 a 5 000 combattants pourraient chercher à fuir dans des pays voisins et notamment en Tunisie.

Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

C'est un rapport porteur d'une bonne nouvelle : l’organisation Etat islamique est en déroute en Libye. Elle perd du terrain. La ville de Syrte, fief de la branche libyenne du groupe EI et ville symbolique qui a vu naître Mouammar Khadafi pourrait d'ailleurs tomber très rapidement, estime ce document confidentiel remis au Conseil de sécurité.

Mais le paradoxe de cette victoire militaire attendue, c'est que les 2 000 à 5 000 combattants étrangers qui se trouvent encore encerclés par les brigades de Misrata à Syrte, mais aussi à Tripoli ou à Derna, vont chercher à fuir et à se disperser dans le reste de la région créant ainsi une multitude de foyers d'instabilité, selon le secrétaire général de l'ONU.

La crainte, c'est donc que ces milliers de combattants terroristes étrangers originaires du Mali, de Tunisie, d'Algérie, d'Egypte ou encore de Mauritanie reprennent le chemin de leur pays d'origine avec l'idée d'y commettre de nouveaux attentats.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.