RDC: le «rassemblement» de l'opposition récuse le facilitateur Edem Kodjo

L'ancien Premier ministre du Togo, Edem Kodjo, en 2011.
© Wikimedia/Ji-Elle

Le «rassemblement» de l'opposition récuse le facilitateur de l'Union africaine, Edem Kodjo, après son annonce du début des travaux du comité préparatoire du dialogue.

Nous étions à Bruxelles avec les autres membres de la communauté internationale le 9 juillet et nous nous sommes mis d’accord sur certains préalables pour l’organisation des pourparlers selon la résolution 2277. Et nous nous sommes mis d’accord que le groupe de soutien s’est transformé en groupe de facilitation. On n’a pas un facilitateur, mais on a un groupe.
«M. Kodjo travaille visiblement pour satisfaire monsieur Kabila»
24-07-2016 - Par Sonia Rolley

Le «rassemblement» de l'opposition récuse le facilitateur de l'Union africaine, Edem Kodjo, qui vient d'annoncer le début des travaux du comité préparatoire du dialogue, pour le 30 juillet. Cette récusation a été l'objet d'un communiqué signé du président de l'UDPS Etienne Tshisekedi, lu en présence de plusieurs leaders des différentes composantes du rassemblement : UDPS, Dynamique, G7, Alternance pour la République. Un communiqué lu par Martin Fayulu, président de l'Ecide et candidat à la présidentielle.

Le communiqué du rassemblement a fait l’objet d’une réunion du conseil des sages et des va-et-vient entre les responsables des différentes composantes, y compris les organisations de la société civile. « Ce qui nous est opposé est inacceptable », expliquent en substance plusieurs de ces leaders. La défiance envers Edem Kodjo existe depuis sa nomination, taxé d’être « trop proche » de Joseph Kabila et la majorité présidentielle.

Mais la décision de la récusation serait née de promesses non tenues, l’annonce du début des travaux du comité préparatoire sans le respect des conditions préalables posées par l’opposition : facilitation collégiale et libération de tous les prisonniers politiques. Le rassemblement estime que la mesure de grâce accordée à six militants de Lucha qui devaient sortir mi-août est insuffisante.

Pour Aubin Minaku, il s’agit là d’une diversion. Le secrétaire général de la majorité renouvelle son soutien à Edem Kodjo et assure que le comité préparatoire va commencer son travail malgré tout. « On verra d’ici la fin de la semaine qui est de bonne foi ou non », a souligné Aubin Minaku. L’un des membres du groupe de soutien à la facilitation estimait dimanche soir que l’opposition pouvait encore changer d’avis, mais que la position prise par Edem Kodjo était conforme aux souhaits du groupe de soutien. Un autre a simplement noté que cela allait compliquer la tâche de la communauté internationale.

Nous n'allons pas nous plier à ce genre de caprices.
Aubin Minaku
25-07-2016 - Par Sébastien Nemeth

 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.