Congo-Brazzaville: l’opposant Paulin Makaya condamné à deux ans de prison

Après les manifestations pacifiques qui se sont déroulées le 29 novembre à Brazzaville, l'un des leaders de l'opposition Paulin Makaya a été condamné à deux ans de prison en 2016.
© REUTERS/Roch Bouka

Le verdict est tombé, ce lundi 25 juillet, pour Paulin Makaya. L'opposant et leader de la formation Unis pour le Congo est condamné à 24 mois de prison ferme et à une amende de 2,5 millions de francs CFA (environ 3 000 euros). Il était accusé d'avoir organisé et participé à une marche contre le référendum constitutionnel d'octobre dernier. Une réforme qui a permis au président Sassou-Nguesso d’être réélu. La manifestation avait tourné à l'affrontement avec les forces de l’ordre. M. Makaya a été condamné pour « incitation aux troubles à l'ordre public ».

Cette fois encore, il y avait du monde dans la salle d'audience pour soutenir l'opposant Paulin Makaya. Les militants ou sympathisants sont sortis dans le calme à l'énoncé du verdict. Vingt-quatre mois de prison ferme, c’est moins que les cinq années requises par le procureur en juin dernier, à savoir la peine maximale encourue.

Mais pour le principal avocat de l'opposant, 24 mois, c'est déjà beaucoup trop. Me Ibouanga avait plaidé la relaxe, car selon lui l'accusation n'a fourni aucune preuve d'une quelconque incitation aux troubles à l'ordre public, ni au cours de l'instruction, ni durant les plaidoiries. Il dénonce une condamnation illégale : « Cette décision est injuste et illégale parce qu'elle ne correspond pas à la réalité de l'espèce ».

Recours en appel

L'avocat annonce déjà son intention de faire appel sous dix jours, comme le prévoit la loi, et promet également d'introduire une nouvelle demande de libération provisoire dès que possible. Jusqu'à présent, toutes les demandes en ce sens ont été rejetées. « Nous demanderons à ce que le dossier du jugement soit rapidement transmis à la juridiction d'appel où il sera à nouveau jugé. Nous allons discuter de cette infraction qui ne tient pas. Parce que, l'Etat congolais qui aurait subi un préjudice ne peut pas demander un franc symbolique », a fait savoir Me Ibouanga.

Eloi Destaing Sikoula, l'un des compagnons de route de Paulin Makaya au sein de l'UPC, dénonce carrément « une mascarade ». Il accuse la justice d'être aux ordres du pouvoir: « Ce qui s'est passé est très regrettable pour la démocratie au Congo. C'est une décision politique que nous condamnons avec la dernière énergie ».

Plusieurs fois ces derniers mois, l'organisation Amnesty International était également montée au créneau pour demander la libération immédiate de Paulin Makaya, qu'elle considère comme un détenu politique. Paulin Makaya qui a quitté la salle d'audience sourire aux lèvres malgré la condamnation.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.