Procès de Simone Gbagbo: un témoin raconte le bombardement du marché d’Abobo

Simone Gbagbo lors de l'audience du 1er juin 2016.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Suite du procès de Simone Gbagbo à Abidjan. L’ex-première dame de Côte d’Ivoire comparaît pour crime contre l’humanité devant la cour d’assises pour son rôle présumé dans les violences post-électorales en Côte d’Ivoire en 2010-2011. Et ce lundi matin, les débats ont porté sur le bombardement du marché d’Abobo.

A Abidjan, l’audience a repris ce matin avec l’audition d’un nouveau témoin à propos du bombardement du marché d’Abobo. Sidibé est un commerçant de ce quartier populaire du nord d’Abidjan. Devant la cour, il décrit l’explosion d’un obus près de son habitation dans la matinée, le bruit qui l’a assourdi, son visage ensanglanté, son œil blessé et les corps de cinq de ses amis déchiquetés par l’obus. Une scène de guerre au marché en pleine crise post-électorale le 17 mars 2011. Ce commerçant malien dit avoir compté jusqu’à vingt corps dans son quartier.

c’est eux qui à ce moment-là dirigeaient le pays. S’il y a un bombardement, c’est que c’est eux !

Ecoutez le témoignage de Soumana Sidibé, l'un des témoins clé du bombardement d'Abobo
26-07-2016 - Par Frédéric Garat

Les avocats de Simone Gbagbo ont tenté de le déstabiliser tout au long de l’audience de ce matin sur la nature de sa blessure, sur son œil droit ou bien sur son œil gauche, qui auraient été blessés, sur les circonstances et les certificats médicaux qui ont été délivrés et puis sur l’endroit aussi, l’endroit précis où l’obus est tombé à Abobo. Le témoin est resté ferme à la barre. Il maintient sa version des faits. Une seule réponse n’a pas été obtenue : « Pouvez-vous dire que c’est madame Gbagbo qui a donné l’ordre de bombarder le marché d’Abobo ? », a demandé l’un des avocats de Simone Gbagbo. Ça, le témoin n’a pu l’affirmer de manière catégorique.

 

A (re) lire également : Simone Gbagbo, le déclin et la chute d’une «reine d’Afrique»

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.