Procès Habré: l’ex-président tchadien condamné à verser des indemnités aux victimes

Hissène Habré entouré par des militaires après une audition auprès d'un juge, le 2 juillet 2013 à Dakar.
© AFP/Stringer

Nouvelle étape de la procédure concernant Hissène Habré, l'ancien président tchadien qui a été condamné à perpétuité en mai pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Le Tribunal spécial qui l'a jugé s'est de nouveau réuni à Dakar pour cette fois se prononcer sur la demande d'indemnisation des victimes. La Chambre a rejeté les demandes de réparations collectives. En revanche, elle condamne Hissène Habré à verser des réparations individuelles, entre 10 et 20 millions de francs CFA (entre 15 000 et 30 000 euros) par victime.

Les actes commis sous le régime d’Hissène Habré ont causé des préjudices immenses, y compris matériels. Les représentants des victimes sont donc satisfaits qu’il y ait réparation financière.

Mais les juges se sont cantonnés à ces réparations financières alors que les victimes demandaient également des réparations collectives, sous forme de projets communautaires, de monuments érigés sur les sites des crimes, d’enseignement même de la période jugée dans les écoles. Et cette demande de réparation collective a été rejetée. Les parties civiles ont donc été surprises que la Cour n’accède pas à cette demande et leurs avocats vont se concerter, puis décider ou non de faire appel.

Une seule victime était présente pour ce nouveau verdict : Abdourahmane Gaye, victime sénégalaise d’Hissène Habré, qui a passé onze mois dans les geôles tchadiennes. Il a confié à RFI sa satisfaction bien sûr, mais il était bijoutier au moment de son arrestation et affirme avoir perdu une fortune colossale en étant emprisonné au Tchad. Donc, il n’est pas certain que cette indemnisation puisse réparer ses pertes.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.