Le Conseil de sécurité de l'ONU vote le déploiement de 228 policiers au Burundi

Le président du Burundi Pierre Nkurunziza et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, en conférence de presse commune, le 23 février 2016, à Bujumbura. (Photo d'illustration)
© STRINGER / AFP

Le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé le déploiement progressif de 228 policiers au Burundi. La France était à la manoeuvre depuis de longs mois pour permettre une présence internationale dans ce pays où certains membres de la communauté internationale craignent un génocide. Mais les divisions au sein du Conseil de sécurité montrent que les obstacles sont encore nombreux avant de voir ces personnels onusiens fouler le sol burundais.

Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

Sur le papier, c’est une petite victoire diplomatique pour la France qui obtient 11 votes favorables au déploiement de cette force de police pour un an et sur l’ensemble du territoire burundais.

Car ce n’était pas gagné. Il aura fallu des semaines de négociations pour obtenir l’aval des Russes et l’assurance que les Chinois ne mettraient pas leur veto. Deux pays très sensibles à la souveraineté nationale du Burundi.

Et ce ne sont pas les seuls. L’Egypte, l’Angola et le Venezuela se sont abstenus invoquant la nécessité d’obtenir l’accord des autorités de Bujumbura qui se sont toujours prononcées pour l’envoi au maximum de 50 policiers.

On se dirige donc vers un déploiement au forceps de ces 228 policiers sur un territoire de 27 000 km2. Ils doivent être « les yeux et les oreilles de la communauté internationale », pour mettre fin à plus d’un an de violence dans le pays et créer un climat de confiance permettant la reprise d’un dialogue politique avec tous les groupes d’opposition.

L’ambassadeur français a salué un « acte fort de diplomatie préventive ». En se référant au génocide rwandais, François Delattre a estimé qu’avec cette résolution, le conseil avait « tiré les leçons du passé ».

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.