Cameroun: Ahmed Abba, un an derrière les barreaux, un an de trop


©

Ahmed Abba, le correspondant de RFI en langue haoussa à Maroua au Cameroun, a été arrêté le 30 juillet 2015, il y a un an. Dans un communiqué, la direction de France Médias Monde, dont dépend RFI, dénonce des accusations fallacieuses contre son correspondant dont le seul tort est d'avoir fait son travail de façon irréprochable et demande sa libération.

Communiqué:

Ahmed Abba, le correspondant de RFI en langue haoussa à Maroua au Cameroun, a été arrêté le 30 juillet 2015, il y a un an. Sans qu’aucune instruction n’ait eu lieu, il est jugé depuis février 2016 devant un tribunal militaire pour « complicité d’actes de terrorisme » et « non-dénonciation » de membres du groupe islamiste Boko Haram avec qui il aurait été en contact dans le cadre de son travail de journaliste.

France Médias Monde dénonce des accusations fallacieuses et demande la libération de son correspondant dont le seul tort est d'avoir fait son travail de façon irréprochable.

France Médias Monde dénonce une détention arbitraire au cours de laquelle Ahmed Abba a été emprisonné au secret pendant plus de trois mois et où il a été torturé. Notre correspondant est enfermé depuis de nombreux mois dans une prison de Yaoundé.

France Médias Monde s'inquiète des lenteurs de la procédure judiciaire : quatre audiences ont eu lieu et aucune n'a abordé le fond du dossier. L'accusation n'a fourni aucune preuve d'une quelconque complicité ou collusion d'Ahmed Abba avec des actes terroristes. L'accusation n'a fourni aucune liste de témoins. Une audience « technique », encore une, est prévue le 3 août prochain.

Ahmed Abba est prisonnier depuis un an. C'est un an de trop. Sa détention doit cesser. Les autorités camerounaises ne doivent pas se tromper de cible : Boko Haram est leur ennemi, pas les journalistes.


Pour en savoir plus :

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.