Cameroun: l'ex-directeur de la Radio-télévision nationale arrêté pour corruption

Centre-ville de Yaoundé, capitale du Cameroun. (Photo d'illustration)
© Getty Images/ Tim E White

Une nouvelle personnalité arrêtée au Cameroun dans le cadre de la vaste opération anti-corruption baptisée Epervier. Cette fois, c'est l'ancien directeur général de la radio télévision nationale, Amadou Vamoulké, qui a été arrêté, après avoir été limogé il y a un mois. Il se trouve depuis ce vendredi 29 juillet à la prison centrale de Yaoundé. Selon des sources proches du dosssier, la justice enquête sur la disparition de près de 3 milliards de francs CFA d'argent public.

Les policiers sont venus le chercher à son domicile vendredi 29 juillet au matin. Amadou Vamoulké a d'abord été conduit devant le procureur du Tribunal criminel spécial mis en place dans le cadre de l'opération Epervier. Il a ensuite été conduit à la maison d'arrêt de Yaoundé un peu avant midi.

Ces derniers mois, il avait déjà été convoqué plusieurs fois par la justice, avant d'être limogé en juin dernier, après 11 années passées à la tête de la Radio-télévsion nationale. Une période au cours de laquelle, selon des sources proches du dossier, les enquêteurs auraient déploré la disparition de 2,8 milliards de francs CFA, soit plus de 4 millions d'euros.

En prison, Amadou Vamoulké va rejoindre son prédécesseur, Gervais Mendozé, resté, 17 ans à la tête du géant de l'audiovisuel public camerounais et arrêté fin 2014, lui aussi dans le cadre de l'opération Epervier et ce, alors qu'il menait une retraite paisible.

Lancée en 2006 sous pression des bailleurs internationaux, cette vaste opération anti-corruption a déjà abouti à la condamnation de plusieurs personnalités du monde des affaires et de la politique. Dernier en date, l'ancien patron de la Camair, ex-compagnie aérienne publique camerounaise, condamné en avril dernier à la prison à vie.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.