Congo-Brazzaville: le président s’engage dans le développement de l’agriculture

Le président congolais Denis Sassou-Nguesso, à Bruxelles le 3 mars 2015.
© AFP PHOTO / THIERRY CHARLIER

Malgré la fertilité de ses sols, le Congo reste dépendant de l'étranger pour nourrir sa population. Pour tenter d'y remédier, et face à la crise économique actuelle provoquée par la baisse du prix du pétrole, le président congolais Denis Sassou-Nguesso a invité ce week-end, en Conseil des ministres, les membres de son gouvernement à développer des activités agricoles pérennes sur la base de leurs émoluments. Depuis des années, le pays peine à développer son agriculture.

Face aux membres du gouvernement, le président Denis Sassou-Nguesso a été direct. Il a invité chacun d’entre eux à développer des activités agricoles pérennes sur la base de ses émoluments.

Pour Basile Obongui, directeur général du Centre congolais du commerce extérieur (CCCE), chargé de promouvoir les produits congolais, le président a frappé à la bonne porte : « Le président demande aux membres du gouvernement de prendre conscience. Si hier, ils utilisaient leurs émoluments pour eux-mêmes, on leur demande de le faire pour qu’on puisse faire manger le peuple congolais. Il faut des moyens, mais ceux qui ont des moyens, ce sont les gouvernants. Donc il a su frapper à la bonne porte, et la vraie porte ».

Dans les années 80, le dirigeant congolais avait fait de l’agriculture priorité des priorités en vue d’une autosuffisance alimentaire à l’horizon 2000. Mais la vision n’a pas apportée les résultats escomptés pour des raisons évoquées par Basile Obongui : « Lorsqu’on crée un fonds de l’agriculture, au lieu de le donner aux agriculteurs, on le donne aux officiels, aux hommes politiques. Qu’est-ce que vous attendez comme résultats ? Je crois que le moment est venu de donner à ceux qui font de l’agriculture, des moyens pour faire l’agriculture ».

L’orientation du président Denis Sassou-Nguesso peut se justifier par la situation socio-économique difficile que vit le pays actuellement. Il investit personnellement dans les activités agropastorales depuis des années.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.