Mali: cinq militaires retenus en otage par Ansar Dine

Combattants du groupe Ansar Dine, le 7 août 2012.
© AFP PHOTO / ROMARIC OLLO HIEN

Dans une vidéo à la mise en scène glaçante, le groupe terroriste Ansar Dine révèle qu'elle détient cinq hommes présentés comme des soldats enlevés durant l'attaque contre la base militaire de Nampala le 19 juillet dernier.

Cette vidéo envoyée au site d'information mauritanien Al-Akhbar montre cinq hommes en treillis militaire, agenouillés devant un drapeau noir, tenu par des hommes armés de kalachnikovs dont on n'aperçoit pas le visage. L'un après l'autre, les otages déclinent – en français – leur identité, grade et matricule militaire et précisent avoir été enlevés le 19 juillet lors de l'attaque contre la base de Nampala.

Le contenu de la déclaration a clairement été mis au point par les ravisseurs : quand l'un des otages, après s'être présenté, hésite sur la suite, on entend un homme hors du champ de la caméra lui dicter mot à mot, en français : « capturé le 19 juillet par Ansar Dine ».

Outre la peur qui se lit sur les visages, le montage choisi est volontairement glaçant. Après chaque intervention d'otage, l'image se fige et apparait à l'écran une sorte de fiche récapitulative écrite en arabe comportant les nom, prénom, grade, matricule, date et lieu d'enlèvement.

Soldats portés disparus

D'après les identités déclinées, le groupe d'otages serait composé d'un sous-officier et quatre soldats. Sans commenter la vidéo, le porte-parole de l'armée malienne a revu ce jeudi le bilan de l'attaque de Nampala lors d'une conférence de presse.

En plus des 17 morts déjà officiellement annoncés, le colonel Abdoulaye Sidibe a reconnu que six soldats sont portés disparus. Une mission d'enquête a été envoyée à Nampala pour éclaircir la situation. Et un renforcement de la base est prévu.

« Des dispositions ont été prises pour renforcer aujourd’hui le poste de sécurité de Nampala, qui va devenir un véritable camp militaire, a déclaré le colonel Abdoulaye Sidibe. Actuellement, nous avons un GTIA (groupement tactique inter-armes) qui est déployé à Nampala avec 100 % de ses capacités, ce qui signifie un peu plus de 500 hommes avec plus de 100 véhicules. »

Renforcement donc du dispositif de l’armée malienne au centre, mais renforcement également de ce même dispositif sur d’autres partie du territoire national. C’était le sujet d’un conseil de défense présidé par le chef de l’Etat malien qui s’est également tenu ce jeudi.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.