Republier
Mali

Mali: une fausse alerte jihadiste sème la confusion à Bamako

Des soldats maliens à Bamako, le 16 janvier 2013.
© REUTERS/Joe Penney

Un vent de panique à Bamako après qu'un drapeau noir ressemblant à un drapeau jihadiste a été hissé sur le toit d'un hôtel de la capitale. Une fausse alerte, mais les services de sécurité ont réagi très rapidement.

Cette fausse alerte a au moins eu le mérite de prouver que les forces de sécurité maliennes à Bamako étaient capables de réagir vite et bien en cas d'évènement de ce genre. Peu après midi, des témoins appellent la gendarmerie du quartier de Faladié, en expliquant qu'un drapeau noir flotte sur l'hôtel Royal, un petit établissement modeste en périphérie de la capitale.

Aussitôt, un important dispositif est mis en place, le peloton d'intervention de la gendarmerie établit un périmètre de sécurité. Les commerçants présents aux alentours sont priés de fermer temporairement les boutiques tandis que les militaires fouillent l'hôtel. A l'intérieur, ils ne trouvent que la gérante, qui a trouvé judicieux de protester contre la saisie des comptes de l'hôtel en écrivant ses revendications sur un drapeau noir.

Elle a été interpellée pour pouvoir être interrogée par les enquêteurs. Aucun coup de feu n'a été tiré et aucun matériel lié de près ou de loin à la mouvance jihadiste n'a été retrouvé sur les lieux, selon le porte-parole du gouvernement.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.