Zimbabwe: les vétérans de l'indépendance boycottent le discours de Mugabe

Le président zimbabwéen Robert Mugabe à Harare le 27 juillet 2016.
© WILFRED KAJESE / AFP

Robert Mugabe lâché par ses plus proches alliés au Zimbabwe. Les vétérans de l'indépendance ont boycotté son discours, ce lundi 8 août, qui devait être prononcé à l'occasion de la journée consacrée aux héros de la guerre d'indépendance du pays. Une vague de contestation traverse le Zimbabwe depuis plusieurs semaines pour protester contre la gestion économique du gouvernement.

Alors que la crise économique s'accentue de jour en jour au Zimbabwe, même les anciens combattants de l'indépendance, traditionnellement proches du président, prennent leurs distances avec le pouvoir. Le point de rupture a eu lieu fin juillet, quand les anciens combattants de l'indépendance ont annoncé qu'ils ne soutiendraient pas le président Robert Mugabe à la prochaine présidentielle en 2018. Les vétérans zimbabwéens dénoncent les dérives dictatoriales du président et son échec à résoudre la grave crise économique qui accable le pays depuis 2000.

Le chef de l'Etat a vécu cet éloignement comme une trahison, car les anciens combattants ont toujours soutenu Robert Mugabe, depuis qu'il a été élu premier président du Zimbabwe en 1980. En représailles, le président zimbabwéen a fait arrêter pour trahison trois représentants de l'association nationale des vétérans de l'indépendance.

Depuis, les relations entre le président de 92 ans et ses soutiens traditionnels sont officiellement rompues. « Nous nous sentons floués », a déclaré le porte-parole de l'association pour justifier l'absence des vétérans au discours de Robert Mugabe lundi. Le président du Zimbabwe de son côté a appelé à la fin des manifestations contre son régime. ll les compare aux révolutions du printemps arabe de 2011.