RDC: l'Asadho interpelle le gouvernement sur le respect de la loi d'amnistie

La prison de Makala, en République démocratique du Congo, à Kinshasa, où sont gardés certains individus bénéficiant de la loi d'amnistie, selon l'Asadho (photo d'archives).
© AFP PHOTO / JUNIOR D. KANNAH

En RDC, les défenseurs des droits de l'homme s’inquiètent de la non-exécution des mesures d'amnistie de février 2014. L'Asadho dénonce l'indifférence du ministre actuel de la Justice et des droits humains. Pourtant c'était l'une des recommandations des concertations nationales tenues en 2013. Devaient en bénéficier toutes les personnes poursuivies pour faits insurrectionnels, faits de guerre et infractions politiques.

Deux ans après la promulgation de la loi d'amnistie pour faits insurrectionnels, faits de guerre et infractions politiques, l'Association africaine de défense des droits de l’homme (Asadho) constate que 134 personnes qui devraient en bénéficier, croupissent encore dans les deux prisons de la capitale, Makala et Ndolo.

Une détention irrégulière, note l'ONG des droits de l'homme qui, dans un communiqué, accuse l'actuel ministre de la Justice et des droits humains d'afficher une indifférence totale quant au sort de ces personnes.

« Malheureusement nous constatons qu’il est indifférent, ça ne l’intéresse pas alors qu’il y a des personnes qui, aux termes de la loi, sont bénéficiaires de cette amnistie et qui continuent à traîner en prison tout simplement parce que le ministre, ce n’est pas sa préoccupation principale », commente Jean-Claude Katende, le président de l'Asadho.

L'Asadho recommande alors au président de la République d'ordonner au ministre de la Justice de prendre un arrêté portant exécution de la loi 14/006 du 11 février 2014, la loi d'amnistie.

Le ministre de la Justice, lui, est appelé à faire signer les actes d'engagement aux autres bénéficiaires de cette même loi. Des pressions sont attendues de la communauté internationale pour que tous les bénéficiaires soient libérés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.