Joseph Kabila en visite au Rwanda pour entamer un rapprochement diplomatique

Le président congolais Joseph Kabila salue la ministre des Affaires étrangères rwandaise, à la frontière entre les deux pays, le 12 août 2016.
© CYRIL NDEGEYA / AFP

Le président congolais Joseph Kabila est au Rwanda pour rencontrer son homologue Paul Kagame. Depuis plusieurs années, les deux pays ont des relations difficiles. Kigali accuse son voisin d'héberger d'anciens génocidaires et Kinshasa reproche au Rwanda de soutenir des groupes rebelles sur son sol. L'heure est donc à la normalisation.

Tapis rouge et poignée de main chaleureuse, les présidents rwandais et congolais ont affiché leur bonne entente. Les deux pays ont d'ailleurs décidé de rétablir leurs représentations diplomatiques.

Kigali et Kinshasa avaient rappelé leurs ambassadeurs en 2012, au moment où plusieurs rapports internationaux accusaient le Rwanda de soutenir les rebelles du M23. Depuis, le groupe a été démantelé, la tension est retombée et les deux pays ont décidé de rétablir leur représentation diplomatique, comme l'explique le ministre congolais de la Justice, Alexis Tambwe Mwamba.

D'ici quelques semaines, de nouveaux ambassadeurs devraient prendre leurs fonctions dans les deux capitales. « Dans le principe qui a été retenu, c’est que ce sera deux nouveaux ambassadeurs. Donc très prochainement, il y aura échanges pour demander des agréments de part et d’autre. Ça c’est une question de jours, ou de quelques semaines mais en tout cas pas de mois », précise le ministre congolais de la Justice.

Joseph Kabila et Paul Kagame ont également décidé de partager des informations concernant la sécurité, sur tout risque éventuel de déstabilisation. Un échange de renseignements notamment concernant les FDLR, un groupe rebelle rwandais basé dans l'est de la République démocratique du Congo et qui hébergerait d'anciens génocidaires.

D'ailleurs, Joseph Kabila est arrivé à Gisenyi avec une bonne nouvelle pour son homologue rwandais : il lui a annoncé l'arrestation du major Mugisha, recherché depuis des années pour sa participation au génocide de 1994. Il sera bientôt transféré au Rwanda pour y être jugé.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.