Pas de consensus à l'ONU en vue du vote de la résolution sur le Soudan du Sud

Des casques bleus de la Minuss à Juba, le 20 juillet 2016.
© REUTERS/Stringer

A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU devrait voter ce vendredi 12 août une résolution sur le Soudan du Sud. Rédigé par les Américains, particulièrement impliqués sur ce dossier africain, le texte prévoit notamment de renforcer le mandat de la Minuss, la mission des Nations Unies dans le pays, avec notamment l'envoi de 4 000 hommes supplémentaire comme force d'interposition. Car malgré la signature d'un accord de paix il y a un an, le conflit qui a éclaté fin 2013 est encore en cours, avec un nouveau pic de violence début juillet, dans la capitale, Juba.

Avec notre correspondant à New YorkGrégoire Pourtier

Le Conseil de sécurité s'est réuni jeudi pour préparer le vote de la résolution, et aucun consensus ne s'est dégagé. Même si presque tout le monde s'accorde à reconnaître l'urgence de la situation et la nécessité de protéger les civils, seulement 9 ou 10 pays, sur 15, devraient s'accorder sur un texte, dont certains détails techniques sont toujours très discutés.

Comme le souhaite l'Igad, l'organe régional est-africain, la Minuss, composée actuellement de 12 000 hommes, pourrait être renforcée par l'arrivée de 4 000 supplémentaires, dans le cadre d'une structure spécifique ayant le devoir et la capacité de s'interposer entre les belligérants.

Un projet que refuse désormais avec vigueur le gouvernement sud-soudanais. Le Conseil de sécurité débat aussi d'un embargo sur les armes, mais les Américains notamment voudraient garder cet atout dans leur manche et ne pas forcément imposer des restrictions trop vite.

Cela fait pourtant déjà un an qu'un accord de paix a été signé entre le gouvernement de Juba et les rebelles, et la situation est toujours aussi violente, et fragile. Les diplomates à l'ONU assurent en tout cas que l'ambition première est de faire prendre consciences aux acteurs sud-soudanais que l'affrontement militaire représente une impasse, et qu'une solution durable ne pourra être que politique.
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.