Republier
Mali

Mali: au tribunal de la commune 4, le ministre de la Justice condamne les heurts

Les dégâts sont importants après les heurts entre manifestants et forces de l'ordre, ce mercredi 17 août à Bamako.
© AF / RFI

Le chroniqueur radio Ras Bath a été libéré ce jeudi 18 août au soir, après une violente manifestation qui a fait un mort et 18 blessés. Au lendemain de cette libération, le ministre malien de la Justice s'est rendu sur les lieux pour constater les dégâts. Il a adressé un message de soutien aux personnels de la justice.

Le ministre de la Justice Mamadou Ismaël Konaté est venu constater les dégâts dans le tribunal de la commune 4. Il a rappelé qu'aucune opinion ne pouvait justifier de telles violences. 19 personnes ont été interpellées durant la manifestation.

« Ces 19 détenus vont sans doute être présentés devant le juge et répondre non seulement de leurs faits et gestes, mais également de la casse qui a été faite ici. L'Etat va se retourner, en terme de responsabilités, contre toutes les personnes qui seront mises en cause et dont les responsabilités ont été établies ici. Il faut que quelqu'un paye et quelqu'un va payer », a martelé le M. Konaté.

Le chroniqueur radio « Ras Bath » a quant à lui été libéré à l'issue de sa garde à vue et placé sous contrôle judiciaire. Mamadou Sidibé, le procureur par intérim de la commune 4, précise certaines conditions : « Ce sont des mesures strictes, notamment le fait de ne pas animer l'émission qu'il anime habituellement et de ne pas sortir des limites territoriales de la commune 4 », explique-t-il.

Le ministre de la Justice parle également de défaillance dans la sécurisation des lieux. « Ce qui est arrivé est anormal, parce qu'il y a simplement eu des défaillances. Je suis incapable de comprendre comment des milliers de personnes peuvent se réunir sans pour autant que l'on soit capable de les en empêcher d'une part, mais également de les contrer », ajoute Mamadou Ismaël Konaté.

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes pour déterminer les différentes responsabilités liées à cette manifestation violemment réprimée et qui a couté la vie à une personne.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.