Republier
Rwanda Burundi

Burundi: le CNDD-FDD, le parti au pouvoir, remet en cause le génocide rwandais

Le président de l'Assemblée nationale et leader du CNDD-FDD, le parti au pouvoir, Pascal Nyabenda.
© AFP PHOTO / LANDRY NSHIMIYE

Au Burundi, le parti au pouvoir, le CNDD-FDD s'en prend une nouvelle fois à son voisin rwandais. Dans un communiqué publié la semaine dernière, mardi 16 août, le parti au pouvoir va jusqu'à remettre en cause le génocide rwandais de 1994. Depuis des mois, le Burundi, dirigé par le président Pierre Nkurunziza, un Hutu, accuse le rwandais Paul Kagama, un Tutsi, de vouloir déstabiliser le Burundi. Le communiqué épingle également le Canada, accusé de planifier une « invasion » dans le pays. C'est la première fois que le parti au pouvoir remet en cause de manière aussi directe le génocide rwandais.

Le CNDD-FDD l'affirme sans détour : « des montages génocidaires ont été mis au point contre le gouvernement hutu de Kigali » de l'époque dans le but de lui attribuer la responsabilité du génocide 1994. Pour Filip Reyntjens, professeur à l'université d'Anvers et spécialiste de la région des Grands Lacs, cette déclaration est une nouvelle étape dans le durcissement du discours du parti envers le voisin rwandais

« Là, on est très près du négationnisme du génocide. Parce qu’ici en substance le président du CNDD-FDD dit qu’il n’y a pas eu de génocide mais que c’est en fait le vainqueur de la guerre civile au Rwanda en 94 qui a manipulé tout cela. C’est une accusation qui, du côté rwandais, doit être perçu comme extrêmement grave parce que toute la légitimité du FPR repose sur le fait qu’il a défait les forces du génocide. Donc c’est un langage qui est très rarement utilisé même par ceux qui, au Rwanda, sont soupçonnés d’avoir participé au génocide. Donc ça va vraiment très loin. »

Pour le chercheur, cette déclaration est liée à la situation du régime de Bujumbura aujourd’hui. « L’augmentation de la tension, délibérée, me semble-t-il, est tout à fait claire. Ça ne m’étonne pas dans ce sens que l’on voit cette création de tensions entre les deux pays qui s’aggrave. Et je pense que c’est surtout parce que le régime burundais est aux abois. Il a choisi la voie de l’isolement. »

Un isolement amplifié par les critiques du parti envers la communauté internationale estime le chercheur. Dans son communiqué, le CNDD-FDD cible cette fois le Canada, qu'il accuse « de concocter un plan pour renverser les institutions démocratiquement élues du Burundi ».

Des accusations qui font suite à la tournée africaine du ministre canadien de la Défense et de Roméo Dallaire, le général canadien qui dirigeait la mission des Nations unies pendant le génocide rwandais de 1994. Le CNDD-FDD l'accuse d'avoir aidé à l'époque les troupes rebelles de Paul Kagame à prendre le pouvoir à Kigali et de vouloir cette fois soutenir les rebelles burundais.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.