RDC: l'Union européenne encourage le dialogue entre le pouvoir et l'opposition

Le facilitateur de l’Union africaine, Edem Kodjo, a procédé, à l’hôtel Béatrice, au lancement des travaux du comité préparatoire sur le dialogue national, à Kinshasa, le 23 août 2016.
© Photo MONUSCO/Theophane Kinda

En RDC, le dialogue entre le gouvernement et l'opposition, en vue de préparer les élections a débuté, mardi 23 août, dans un climat de haute tension politique. L'Union européenne s'est déclarée favorable à la bonne tenue des discussions.

Les représentants de plusieurs partis d'oppositions ont refusé de participer aux premières réunions dans les conditions actuelles. Le MLC, le G7 ou encore l'UDPS demandent au préalable la libération des prisonniers d'opinion, comme annoncé le 19 août par le gouvernement ainsi que la récusation d'Edem Kodjo comme facilitateur du dialogue.

L'ex-Premier ministre togolais a été désigné facilitateur mais est jugé trop proche du président Joseph Kabila par l'opposition. L'Union européenne a publié une déclaration, mercredi 24 août, pour plaider en faveur « d'un dialogue politique inclusif afin d'aboutir à un consensus sur l'organisation d'un processus électoral ».

L'absence de certains partis d'opposition donne un prétexte au gouvernement pour tergiverser et retarder les choses plus encore

Jean-Michel Dumond
25-08-2016

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.