Militaires disparus au Tchad: l'affaire classée sans suite par le procureur

Un homme se repose devant une affiche de campagne du président tchadien Idriss Déby Itno, à N'djamena, le 12 avril 2016, deux jours après le premier tour de l'élection présidentielle.
© ISSOUF SANOGO / AFP

Au Tchad, la justice a classé sans suite le dossier de la disparition des militaires au lendemain de la présidentielle du 9 avril 2016. Plusieurs candidats d'opposition et des associations de la société civile avaient accusé le pouvoir d'avoir fait disparaître des membres des forces de défense et de sécurité qui n'auraient pas voté pour le président sortant Idriss Déby. Au terme de son enquête, le procureur dit n'avoir rien trouvé.

Le procureur de la République, Alghassim Khamis, dit avoir ouvert une enquête sur la disparition supposée d’Allaramadji Fidèle, Mbairari Ngaba, Batchere Acyl, Djedanoum Beossou et Beasna Ngartidji, membres des forces de défense et de sécurité annoncés comme disparus après le vote des militaires le 9 avril dernier.

Mais au terme de l'enquête où la police a écouté, les leaders de l'opposition, de la société civile, des chefs militaires dont le chef d'état-major général de l'armée, il n'a pu retenir aucun fait pénal et décide de classer l'affaire sans suite.

Mieux, les accusateurs se sont dédits. « Le dénonciateur avait connu lui-même qu’aucun militaire n’est ni mort, ni disparu. Et en définitive, la preuve de vie de ces militaires supposés morts ou disparus est à présent formellement établie. L’enquête n’a pu retenir aucun fait pénal quelconque. C’est pourquoi après examen des procès-verbaux transmis et après avoir effectué tous les compléments d’enquête jugés utiles, le parquet d’instance a décidé de classer sans suite le dossier pour des faits non établis », précise le procureur.

Pour Me Alain Kagonbé, un des avocats des chefs de parti d'opposition, le classement sans suite n'emporte pas l'extinction de l'affaire qui peut resurgir un jour.

►A (RE)LIRE : Tchad: que s'est-il passé dans l'affaire des militaires «disparus-réapparus»?
 

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.