RDC: nouvelle libération annoncée de militants de mouvements citoyens

Un membre de La Lucha distribue des tracts pour soutenir la cause du mouvement citoyen, le 24 avril 2015, à Goma.
© FEDERICO SCOPPA / AFP

En RDC, la décrispation politique avance à petits pas. Cinq prisonniers politiques vont être libérés au plus vite. C'est ce qu'a annoncé le garde des Sceaux Alexis Thambwe Mwamba.

Les cinq prisonniers politiques appartiennent tous à des mouvements citoyens. Quatre sont activistes de la Lucha (Lutte pour le changement) : Marcel Héritier Kapitene, Victor Tesongo, Bienvenu Matumo, Godefroy Mwanabwato. L'autre, celui de Filimbi, s'appelle bien Jean de Dieu Kilima.

Les procédures pour la remise en liberté de ces prisonniers politiques ont été engagées à partir de ce vendredi, a déclaré le ministre de la Justice Alexis Thambwe Mwamba, tout en ajoutant que ces personnes pourront sortir de la prison dans les jours qui viennent.

Concernant les quatre autres prisonniers politiques dont la libération avait été annoncée, il y a une semaine, ils quitteront la prison ce week-end, a encore dit le ministre de la Justice.

Selon Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj), 115 prisonniers politiques et d'opinion sont encore détenus dans les prisons et cachots de la RDC. Parmi eux, 83 sont bénéficiaires d'amnistie depuis plusieurs années.

L'opinion note également que plusieurs médias proches de l'opposition dont la réouverture avait été annoncée la semaine passée par le ministre de la Justice, n'ont pas encore repris leurs émissions.

Réaction prudente à la Lucha

Ghislain Muhiwa, membre de la Lucha, réagit prudemment à cette annonce de libération.

« C’est une bonne nouvelle, mais ce n’est pas pour nous une garantie de les voir à l’extérieur. Donc nous allons considérer cette mesure comme satisfaisante lorsque nous allons voir les militants de la Lucha le 5 septembre à l’extérieur. Mais également les quatre autres personnes qui étaient préalablement citées par une autre décision politique les rendant libres à ce même parti. Ce n’est pas la reconnaissance de la décrispation de la situation politique dans notre pays, les militants de la Lucha qui étaient en prison, ne sont d’abord pas des prisonniers politiques. C’étaient des prisonniers d’opinion. Ils sont en prison simplement à cause de leur opinion. Nous pensons que le gouvernement devrait aller au-delà en libérant d’autres prisonniers politiques. Il y a une liste de plus de cent personnes qui a été déposée. Nous croyons que c’est le plus important que tous ces amis puissent être libres. »

A lire aussi → Libération de prisonniers politiques en RDC: un effet d’annonce?

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.