Maroc: verdict attendu pour six personnes accusées de viol collectif

Des femmes manifestent contre les abus sexuels subis par les mineures au Maroc, en réaction à une affaire de viol sur mineur en 2013. Une nouvelle affaire, qui dure depuis fin 2015, suscite l'émotion dans le pays.
© FADEL SENNA / AFP

Au Maroc, se tient aujourd’hui le procès en appel à l’encontre de six personnes accusées de viol et chantage à l'encontre de Khadija. La jeune fille, âgée de 17 ans, a mis fin à ses jours le 31 juillet 2016 après avoir appris la libération de ses agresseurs, accusés de séquestration et de viol collectif.

Khadija Souidi avait été victime fin 2015 d’un viol collectif. Ses agresseurs, remis en liberté conditionnelle peu après, l’avaient alors menacée de diffuser sur internet la scène du viol, filmée sur téléphone portable. De désespoir, Khadija, s’est immolée par le feu en pleine rue près de son domicile à Ben Guerir et a succombé à ses blessures.

L’affaire a suscité une vive émotion au Maroc et a poussé le ministère de la Justice, à travers le parquet, à rouvrir l’enquête après la mort de la jeune fille. La semaine dernière, la cour d’appel de Marrakech a condamné le principal accusé à 20 ans de prison ferme. Le verdict pour ses co-accusés est attendu aujourd’hui.

« Khadija ne s’est pas suicidée, elle a été tuée par la loi »

Pour les militants marocains des droits de l’homme, l’affaire doit faire évoluer la loi pour plus de justice à l’encontre des victimes de viol. Selon Omar Arbib, de l’Association marocaine des droits de l’homme, même si les six co-accusés écopent de peines lourdes, c’est l’ensemble de l’enquête qui est à revoir : « De ce dossier maintenant, on a quatre dossiers. Ils doivent être regroupés en un seul. Il y a beaucoup de crimes qui sont comme celui [subi par] Khadija. On considère que Khadija ne s’est pas suicidée, elle a été tuée par la loi. »

Une impunité dans une affaire de viol sur mineure qui rappelle, selon le militant Noureddine Belkebir, l’affaire Amina El Filali il y a quatre ans. La jeune fille avait mis fin à ses jours après avoir été forcée d’épouser son violeur qui avait pu échapper aux poursuites en vertu d’un article de loi, aujourd’hui supprimé : « C’est la deuxième fois qu’une victime se donne la mort pour que la justice prenne les choses en considération. Mais je crois que c’est le début d’un combat, un combat qui est long. Premièrement pour le droit de la victime, de sa famille, pour que   les victimes des viols soient couvertes par l’Etat, par le droit, surtout pour les mineurs. »

Les affaires de viol sur mineur au Maroc donnent rarement raison à la victime

Selon cette militante de l’Organisation marocaine des droits humains, l’enquête initiale a été entachée de nombreuses irrégularités : « Ce qui nous intéresse nous, c’est bien sûr de travailler, de faire la prévention, avant qu’on arrive à ce niveau-là. Nous, la mobilisation qu’on cherche, c’est qu’il y ait un travail tout au long de l’année pour que nous puissions protéger réellement notre enfance et la femme. »

Si une première peine pour l’exemple a été prononcée à l’encontre du principal accusé, les affaires de viol sur mineur au Maroc ne donnent que très rarement raison à la victime, en l’absence de témoignages en sa faveur.

Mise à jour à 22h30 : Le verdict est reporté au 8 septembre prochain selon un membre de l’ Association marocaine des droits de l’homme présent dans la salle. La raison : il manquait le dossier d’enquête sur les téléphones portables des accusés.

Republier ce contenu

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.